Les élèves DYS, moqués sur Twitter par les enseignants
Pour vous inscrire ou vous connecter : S'inscrire/Se connecter

Troubles DYS  : le sarcasme des enseignants sur les réseaux sociaux

Depuis plusieurs années, les élèves présentant des troubles DYS sont les victimes de moqueries sur les réseaux sociaux de la part d’enseignants. Sous couvert d’un pseudo, ils critiquent vivement l’école inclusive – et notamment les programmes d’aménagements des élèves handicapés, comme le PAP, PPS, etc. Des tweets hostiles « likés » des centaines de fois, qui ciblent les élèves, mais aussi les parents, les enseignants favorables ou encore les personnels de l’éducation…

Les élèves DYS et leurs parents, victimes des moqueries d’enseignants sur Twitter

L’école inclusive, dénoncée par un noyau d’enseignants

À la rentrée 2023, l’école inclusive permettait d’accueillir plus de 436 000 élèves en situation de handicap, dans les établissements scolaires, prenant en compte leurs singularités et leurs besoins éducatifs particuliers. Pour cela, le Ministère de l’Éducation a créé 6 500 postes supplémentaires d’AESH (Accompagnements d’Élèves en Situation de Handicap), 37 unités d’enseignements maternelles autisme (UEMA), 44 dans l’élémentaire (UEEA) et 29 dispositifs d’auto-régulation (DAR), sans oublier les 25 postes de professeurs ressources troubles du neurodéveloppement (TND).

Mais cette politique inclusive fait l’objet d’une vive contestation de la part de certains enseignants, qui utilisent Twitter pour la dénoncer : sous couvert de l’humour et de pseudos, ils se moquent des élèves DYS ou atteints de troubles cognitifs…

Les élèves DYS et leurs parents, au cœur des moqueries

Le parcours d’un élève DYS n’est déjà pas toujours facile, sans y ajouter la moquerie de ces enseignants : avec leur difficulté à lire, à orthographier, à calculer, à s’orienter ou à parler, ils sont la cible de nombreux tweets hostiles. À l’image de celui-ci : « Aujourd’hui, projection de la dictée d’un élève DYS. Que les parents se rassurent : j’avais précisé aux élèves normaux qu’ils pouvaient détourner le regard »…

Mais les parents d’élèves DYS font aussi l’objet du sarcasme des professeurs. En effet, ils sont jugés par ces derniers comme des personnes, qui se cachent ou exagèrent le handicap de leurs enfants pour justifier leurs difficultés d’orthographe ou d’élocution. Comme le suggère ce tweet : « je viens de finir mon étude sur les enfants TDAH. De manière surprenante, 90% de ces enfants ont des parents qui ont oublié de les éduquer »! Un tweet « liké » 563 fois…

Le rejet de la communauté éducative de l’école inclusive

Les tweets de ce noyau d’enseignants ciblent aussi la communauté éducative de l’école inclusive – à travers ses programmes d’aménagements et d’accompagnement (PAP, PPS…), mais aussi son personnel, via le travail des Auxiliaires de Vie Scolaire (AVS) souvent dénigrés derrière les hashtags #sauvonslesDYS ou #ecoleinclusive.

Selon la secrétaire générale du syndicat Sgen-CFDT Éducation, Catherine Nave-Bekhti, « ces propos heurtent beaucoup de professionnels de l’éducation, des élèves et des parents d’élèves, concernés par les enjeux de l’inclusion à l’école, mais ils ne sont pas révélateurs de la majorité du milieu enseignant »[1].

Le ministère de l’Éducation nationale affirme s’être saisi de l’affaire, une inspection académique a également été déclenchée localement, avec un « rappel formel de l’enseignant à ses obligations », mais sans sanctions.


[1] Citation : https://www.francetvinfo.fr/societe/education/enquete-troubles-de-l-apprentissage-quand-des-enseignants-se-moquent-sur-les-reseaux-sociaux-des-eleves-en-difficulte_5794844.html

Partagez cet article sur votre réseau social préféré !