PPS – PAP – PAI – PPRE


Pour que l’enfant souffrant de troubles DYS puisse avoir les chances de suivre un parcours scolaire quasi normal, plusieurs dispositifs ont été mis en place. PPS, PAP, PPRE, PAI… vous pouvez choisir le projet qui convient le plus à votre enfant en fonction de son trouble, de ses capacités et de ses besoins.

PPS : Projet Personnalisé de Scolarisation

PAP : Pland’Accompagnement Personnalisé

PAI : Projet d’Aide Individualisé

PPRE : Programme Personnalisé de Réussite Éducative

Répondre aux besoins éducatifs particuliers des élèves : quel plan pour qui ?

PPS : Projet Personnalisé de Scolarisation

Le PPS ou Projet Personnalisé de Scolarisation est un dispositif relevant de la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées). Il s’adresse ainsi aux enfants reconnus comme « handicapés » par la Commission des Droits et de l’Autonomie (CDA). Les enfants souffrant de dyslexie sévère peuvent donc en bénéficier.

Le PPS, comme l’indique son nom, consiste à apporter à l’enfant une aide personnalisée sur tous les plans : humain, matériel et pédagogique. Et ce, en mettant en place des aménagements scolaires et pédagogiques, des mesures d’accompagnement ainsi que l’attribution de matériels selon les besoins de l’élève. Il s’agit d’un document renouvelable tous les ans, dans lequel sont consignées toutes les mesures prises humainement, matériellement et pédagogiquement afin de favoriser la scolarisation du concerné.

Pour en bénéficier, la famille de l’élève handicapé doit contacter l’enseignant référent à la MDPH de son secteur. Celui-ci servira d’intermédiaire entre les parents et l’organisme et se chargera de la prise en charge de l’enfant : explication et organisation de l’évaluation, suivi de la scolarisation, élaboration et mise en œuvre du PPS par la constitution de l’ESS (équipe de Suivi de Scolarisation) composée de lui-même, des parents, des enseignants, de l’orthophoniste, du psychologue et du médecin scolaire… Une fois le PPS mis en place, l’enseignant référent veillera également à la continuité de celui-ci.

PAP : Plan d’Accompagnement Personnalisé

Le PAP ou Plan d’Accompagnement Personnalisé est un dispositif que l’on met en place dans l’établissement scolaire. Il s’adresse à tout élève souffrant de troubles de l’apprentissage : dyslexie, dysphasie, dyscalculie, dysorthographie, dyspraxie… mais dont le degré de sévérité ne permet pas de les reconnaître comme étant un handicap.

Le PAP consiste à mettre en place un plan d’accompagnement scolaire personnalisé pour l’enfant. En fonction de ses besoins et de ses capacités, cela peut se traduire par :

  • L’organisation d’une intervention et d’un suivi extérieur (psychologue, orthophoniste…) tout au long de la scolarité ;
  • La mise en place d’un programme scolaire allégé et plus adapté, renforcé par des matériels spécifiques (ordinateur, polycopie, etc.) et par des cours particuliers donnés par des répétiteurs CNED ;
  • L’aménagement des contrôles et des examens en cas de nécessité.

Pour bénéficier du Plan d’Accompagnement Personnalisé, la famille doit en faire la demande au chef de l’établissement et au médecin scolaire, qui se chargeront de la mise en place du dispositif, de son application et de son suivi.

PAI : Projet d’Aide Individualisé

Le PAI ou Projet d’Accueil Individualisé est un dispositif que l’on met en place au sein de l’établissement scolaire de l’enfant lorsque celui-ci souffre de troubles de la santé durable et persistant, ayant des impacts sur sa vie quotidienne et subséquemment scolaire, sans toutefois être reconnus comme étant un handicap.

Le PAI s’ adresse, en particulier, aux élèves souffrant de maladies chroniques comme l’asthme ou les allergies, bref, des problèmes de santé les empêchant d’avoir une scolarité normale. Le dispositif a pour but d’aménager pour ces derniers, un environnement scolaire sécuritaire et dans lequel ils pourront bénéficier des traitements médicaux ou des régimes spécifiques dont ils ont besoin pour pouvoir étudier « normalement ». Il offre ainsi à l’enfant malade, si cela est prescrit par le médecin, les garanties suivantes :

  • Un traitement médical pendant les cours ;
  • Un aménagement pédagogique : allègement du travail, utilisation de supports, etc.
  • Un suivi scolaire en dehors de l’établissement scolaire en cas d’hospitalisation ou de maintien à domicile ;

Selon la pathologie, le PAI peut également inclure un protocole d’urgence.

Le Projet d’Accueil Individualisé est mis en place à la demande des parents auprès du chef d’établissement et sera rédigé par le médecin scolaire. Il va se baser sur les besoins thérapeutiques de l’élève malade, selon sa pathologie et ce qui est précisé dans l’ordonnance de son médecin. Cela va permettre d’adapter toutes ses activités en classe en fonction de son état de santé, mais aussi de préciser les interventions nécessaires qui y seront autorisées : dose de médicaments et horaire de prises en cas de PAI médicalisé ; régime à suivre et autres aménagements spécifiques pour un dispositif non médicalisé. Cela permettra également de déterminer les intervenants nécessaires à l’atteinte des objectifs du dispositif : les parents, le médecin scolaire, l’infirmière scolaire, le directeur d’école, les enseignants, etc.

PPRE : Programme Personnalisé de Réussite Éducative

Dispositif pédagogique, le PPRE est mis en place à la demande de l’équipe pédagogique présente dans l’établissement de l’enfant, lorsque des difficultés à acquérir des connaissances et des compétences du socle commun sont constatées chez celui-ci.

Ce programme s’adresse généralement aux élèves de l’école élémentaire et du collège. En cas de redoublement, il devient obligatoire. Il consiste à mettre en place un programme de soutien scolaire personnalisé et intensif pendant et en dehors des heures de cours, et ce, dans le but de corriger l’écart entre les compétences acquises par l’enfant et les compétences exigées par le socle commun. Pour cela, l’équipe pédagogique travaillera en étroite collaboration avec les parents, mais également l’orthophoniste et le psychologique et mettra en place un suivi médical et un accompagnement éducatif, en parallèle avec un tutorat de l’élève par un professionnel principal ou référent.

Souvent de courte durée, la prise en charge dure six à huit semaines et concerne surtout les matières comme le français, les mathématiques et les langues vivantes. Une fiche de suivi des compétences sera tenue et communiquée aux parents après chaque évaluation et permettra de mettre fin au programme si le bilan est satisfaisant. Dans le contraire, si cela s’avère encore nécessaire :

  • De décider de sa poursuite ;
  • De définir de nouveaux objectifs ;
  • De mettre en place de nouvelles actions.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à l’utilisation de cookies. En savoir plus

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer