Pour vous inscrire ou vous connecter : S'inscrire/Se connecter

Le trouble du spectre de l’autisme (TSA) : des signes d’alerte pour un diagnostic précoce

L’un des principaux enjeux du Trouble du Spectre de l’Autisme (TSA) est de le repérer pour établir un diagnostic précoce. Cet état ouvre alors à des interventions adaptées, visant à réduire les sur-handicaps, tout en favorisant le développement des enfants et leurs apprentissages. En février 2018, une nouvelle recommandation de bonne pratique établit clairement une liste de signaux d’alerte pour les professionnels (et les parents).

Une vigilance accrue des parents et des médecins traitants pour repérer le trouble du spectre de l’autisme.
Source : https://www.pexels.com/fr-fr/photo/bois-jouer-sol-enfant-8654233/

Zoom sur la recommandation de bonne pratique de 2018

Selon le site Autisme Info Service, le TSA « regroupe un ensemble de troubles neurobiologiques qui agissent sur le développement des personnes dites « autistes ». Ils se caractérisent notamment par des dysfonctionnements dans les interactions sociales, la communication, les comportements et les activités. »1

En février 2018, une recommandation de bonne pratique, émise par la Haute Autorité de Santé (HAS) réactualise le travail de 2005, pour mieux repérer les signaux d’alerte et mieux harmoniser les pratiques et procédures en vue d’un diagnostic de TSA. Pour cela, le document schématise le parcours de l’enfant et de la famille ainsi :

  • Les signes d’alerte des parents ou des professionnels de la petite enfance ou enseignants, motivant la consultation chez un médecin traitant ou la PMI (service de Protection Maternelle et Infantile) ;
  • Le diagnostic et l’évaluation initiale du fonctionnement de l’enfant (bilan orthophonique, examen ORL, examen visuel, bilan du développement moteur, etc.) ;
  • L’annonce du diagnostic médical et information aux familles ;
  • L’élaboration du projet personnalisé d’interventions.

Quels sont les signaux d’alerte d’un trouble du spectre de l’autisme (TSA) ?

Cette nouvelle recommandation dresse, entre autres choses, les premiers signes d’alerte de TSA pour les médecins traitants et les PMI (acteurs de 1ère ligne).

Chez les jeunes enfants, l’absence de babillage, de pointage à distance ou d’autres gestes sociaux (faire coucou ou au revoir), l’absence de mots au-delà de 18 mois ou d’association de mots au-delà de 24 mois, doivent alerter les professionnels.

Puis, quel que soit l’âge du patient, la seule inquiétude des parents concernant le développement de leur enfant en matière de communication sociale et de langage doit suffire. Tout comme la régression des habiletés langagières ou relationnelles (non expliquée par une anomalie suite à l’examen neurologique).

Enfin, le document de la HAS cible également d’autres signes d’alerte de troubles neurodéveloppementaux (TND) comme :

  • Avant 18 mois : son niveau de sommeil, la diversification alimentaire, la régulation des émotions, l’exploration inhabituelle des objets de l’environnement, le développement du répertoire moteur…
  • Autour de 18 mois : la difficulté dans l’association d’au moins 2 signes d’engagement relationnel, d’attention, de réciprocité et de réactions sociales (par exemple, le pointage à distance du doigt coordonné avec le regard)
  • De 18 mois à l’adolescence : les difficultés à créer des liens amicaux, à suivre ou participer à une conversation, à prendre des initiatives sociales, à comprendre et interpréter des intentions, etc.

Face à ces signaux d’alerte, les parents doivent prendre rendez-vous auprès du médecin assurant le suivi de l’enfant – une PMI, un pédiatre ou un généraliste. Effectuée dans les 3 semaines après cette suspicion de TSA, cette consultation entraînera un examen clinique approfondi du développement de l’enfant.


1 Citation : https://www.autismeinfoservice.fr/informer/autisme/tsa

Sources : https://www.has-sante.fr/plugins/ModuleXitiKLEE/types/FileDocument/doXiti.jsp?id=c_2826434  + https://www.has-sante.fr/jcms/c_468812/fr/trouble-du-spectre-de-l-autisme-signes-d-alerte-reperage-diagnostic-et-evaluation-chez-l-enfant-et-l-adolescent

Partagez cet article sur votre réseau social préféré !