Pour vous inscrire ou vous connectez : S'inscrire/Se connecter

Difficulté de concentration : comment y remédier ?

difficulté de concentrationLa difficulté de concentration est l’une des principales conséquences du TDAH. Dans 80 % des cas de trouble déficitaire de l’attention, que ce soit avec ou sas hyperactivité, les enfants touchés souffrent également un grand mal à rester concentrer sur une tâche précise. On parle de déficit au niveau de l’attention soutenue.

Ses devoirs sont souvent inachevés, ses tâches à moitié exécutées et ses leçons à peine copiées… voici quelques conseils qui vous aideront à maintenir l’attention et la concentration de votre enfant hyperactif ! À noter que ces stratégies peuvent être appliquées aussi bien en classe qu’à la maison !

Pour une attention centrée sur l’objectif, supprimez les stimuli parasites…

Les stimuli parasites favorisent la difficulté de concentration. Pour aider votre enfant à se concentrer, il faut donc veiller à les supprimer de la pièce où votre enfant va travailler. Toute source de distraction est ainsi à bannir :

  • Les distracteurs visuels comme les dessins, les affiches, les tableaux, les suspensions… qui peuvent attirer leur attention ;
  • Les matériels pédagogiques comme les feutres, les crayons de couleur… qui peuvent leur donner des idées.

Quelle que soit l’activité, contentez-vous toujours du strict nécessaire : le cahier, un crayon et une gomme pour les exercices par exemple, le cahier uniquement pour l’apprentissage des leçons. Certains parents prennent même l’initiative louable d’imprimer la leçon sur une feuille indépendante dans la mesure où l’éventualité que l’enfant se mette à feuilleter son cahier au lieu de se concentrer sur la page concernée est tout à fait possible.

Choisissez une place stratégique…

Toujours pour minimiser la difficulté de concentration de l’enfant hyperactif, choisissez une place où il ne risque pas d’être perturbé par des stimuli extérieurs comme le bruit et l’agitation d’autrui.

À la maison

Pour ses devoirs et ses révisions, mieux vaut l’installer dans une pièce isolée où il ne risque pas d’être dérangé par ses frères et ses sœurs et dans laquelle son attention ne risque pas d’être attirée par autres choses que son cahier.

Ne l’installez pas dans la cuisine par exemple, de peur qu’il ne se concentre sur le contenu du réfrigérateur ou qu’il ne ressente soudainement pris d’une très grande faim ; ni devant la télé, car même éteinte, il ne cessera de vous demander s’il peut regarder un dessin animé..

En classe

À l’école, l’isoler dans une autre pièce n’est pas du tout recommandé car cela pourrait renforcer le peu d’estime qu’il a déjà pour lui-même. En revanche, il peut être intéressant de l’installer à une place où il sera le moins dérangé et le moins distrait. L’idéal serait qu’il soit placé :

  • Devant le pupitre, afin qu’il soit constamment à proximité de l’enseignant qui pourra procéder à quelques rappels à l’ordre si besoin ;
  • Devant le tableau, afin qu’il y ait un contact visuel fréquent avec le support. Cela accélèrera le retour au sujet principal en cas de dérapage ;
  • À côté d’un élève calme, peu bavard et pas perturbateur.

Que faut-il faire pour optimiser l’attention soutenue ?

dyscalculie testLa déficience de l’attention soutenue est à l’origine de la difficulté de concentration. Pour aider un enfant souffrant de TDAH à se concentrer en conséquence, c’est sur ce type d’attention qu’il faut travailler. Celle-ci a aussi bien des impacts sur le regard, l’écoute que sur l’exécution de la tâche en elle-même.

L’importance du contact visuel

Les informations défilent dans le cerveau de l’enfant TDAH à une vitesse grand V sans qu’il ait la possibilité de rester assez longtemps sur l’une d’elles. Si bien qu’il en oublie jusqu’à la tâche qu’on lui a confiée si bien qu’il se retrouve toujours, malgré lui, avec des devoirs inachevés et leçons à moitié copiées.

Le contact visuel est très important dans ce sens où il joue le rôle d’aide-mémoire. La difficulté de concentration a effectivement pour conséquence directe des troubles mnésiques. Tout support visuel qu’il s’agisse d’un tableau, d’une feuille ou d’un code couleur, peut donc aider l’enfant à se rappeler ce qu’il était en train de faire, ce qu’il doit faire et ce qu’il doit terminer.

L’importance de l’écoute

La difficulté de concentration se fait surtout ressentir dans les capacités d’écoute. Car être attentif, ce n’est pas seulement regarder, c’est aussi écouter ! Le fait est qu’on peut regarder une personne sans l’écouter, donc sans enregistrer la moindre information. En revanche, on peut écouter une personne et enregistrer les informations dont on a besoin sans forcément la regarder !

L’écoute est donc plus importante que le regard, car il nous donne une aptitude à acquérir des connaissances sans forcément les voir, il nous permet de ne pas manquer une information importante qui peut échapper à notre regard et le plus important de tous, il facilite la concentration.

Pour mieux comprendre l’importance de l’écoute dans la concentration, nous allons vous expliquer un peu en quoi consiste une écoute active. Chez l’être humain, nous écoutons effectivement de deux manières différentes :

  • L’écoute passive : ce moment où les sons sont entendus, mais pas écoutés, c’est-à-dire que l’on perçoit le bruit, mais qu’on y reste indifférent parce qu’on n’est pas intéressé ou parce qu’on ne le souhaite pas tout simplement.
  • L’écoute active : ce moment où on entend le son et qu’on perçoit dans notre oreille interne les informations données parce que toute notre concentration est mobilisée au profit du discours de l’interlocuteur.

Malheureusement, chez l’hyperactif, son attention n’étant pas soutenue, mais plus sélective, il aura tendance à se lancer dans une écoute passive la plupart du temps.

Difficulté de concentration : comment favoriser l’écoute active ?

Une compréhension partielle des consignes peut lasser l’enfant, il aura donc du mal à s’investir dans sa tâche et sera plus lent à l’exécuter.

concentration écoutePour faire passer une consigne à un enfant hyperactif en conséquence, vous devez :

  • S’assurer que l’enfant a bien votre intention ;
  • Donner une consigne claire, simple et courte ;
  • Donner une seule consigne à la fois.

Pour être sûr que la consigne a été comprise par la suite, vous devez :

  • Écrire la consigne au tableau ;
  • Demander à l’enfant de la lire ;
  • Demander à l’enfant de répéter la consigne.

N’hésitez pas à répéter la consigne en cours de route et à encourager l’enfant à accélérer s’il commence à s’impatienter.

Partagez cet article sur votre réseau social préféré !