Pour vous inscrire ou vous connecter : S'inscrire/Se connecter

L’enfant dyspraxique, mieux l’aider à la maison et à l’école

Livre de Caroline Huron pour mieux comprendre un enfant dyspraxique et ainsi pouvoir l’aider à l’école et à la maison.

  • Descriptif du produit :
    Votre enfant est maladroit, se cogne partout, il n’arrive pas à s’habiller tout seul, écrit mal et très lentement… Et s’il était dyspraxique ? Bien que fréquent, ce trouble des apprentissages reste méconnu. Comment le reconnaître ? Que faire après l’annonce du diagnostic ? Quelles sont les conséquences cognitives ? Comment aider l’enfant dyspraxique à atteindre le niveau scolaire que son intelligence mérite ? Comment l’aider à la maison ?
    Dans ce livre, Caroline Huron utilise ses compétences de médecin pour comprendre les aspects cliniques, son expérience de psychiatre pour évoquer les parcours psychologiques des enfants et de leurs parents, ses connaissances en sciences cognitives et son expérience de parent pour vous aider à faire face au mieux aux difficultés rencontrées. Des informations scientifiques solides pour comprendre l’enfant dyspraxique ; des conseils pratiques pour l’accompagner dans la vie quotidienne, à la maison comme à l’école.
  • Commentaires :
    Ouvrage à lire par chaque personne voulant comprendre ce qu’est la dyspraxie chez l’enfant: des informations très claires, à la portée de tous, des conseils intéressants pour aider l’enfant dans sa vie quotidienne aussi bien dans son foyer que dans son école. Très, très judicieux. Vous pouvez l’acheter en toute confiance.
    Maman d’un enfant dyspraxique j’ai adoré ce livre qui m’a appris plein de choses, a faire lire à sa famille qui a parfois un peu de mal à comprendre les difficultés de ses enfants, si différent et si extraordinaires…
    Tout simplement parfait pour guider les parents, les profs, les amis, l’entourage. Et trouver des solutions pratiques aux problèmes rencontrés quotidiennement. Bravo.
  • L’auteur : Caroline Huron est psychiatre, chercheuse en sciences cognitives à l’Inserm dans le laboratoire de neuroimagerie cognitive

Partagez cet article sur votre réseau social préféré !