Pour vous inscrire ou vous connecter : S'inscrire/Se connecter

Les 5 types de mémoire

La mémoire rassemble les connaissances, les souvenirs et les savoir-faire. L’école utilise, alimente et renforce la mémoire. Elle est un préalable indispensable à la réflexion et à la projection dans le futur. Il est possible de distinguer deux formes de mémoire principales : la mémoire à court terme (mémoire de travail) et la mémoire à long terme. La mémoire à long terme regroupe l’ensemble des mémoires explicites, c’est-à-dire celle que l’on évoque consciemment (épisodiques et sémantiques) et implicites, celles que l’on évoque inconsciemment  ( procédurales et perceptives).

Mieux les connaitre, c’est, encore une fois, se donner les moyens de les rendre plus performantes et de comprendre lesquelles sont à travailler. Comprendre c’est pouvoir cibler, et donc aider.

1 – la mémoire de travail

C’est la mémoire du présent, celle qui permet de retenir les informations nécessaires à la réalisation d’une tâche.

Ex :

  • Retenir la phrase dictée par l’enseignant pour pouvoir l’écrire.
  • Ecouter et prendre des notes.

Elle peut utiliser les connaissances stockées dans la mémoire à long terme :

  • Retenir deux nombres énoncés pour les multiplier (tables).

2- la mémoire sémantique

C’est la mémoire des connaissances acquises : sur soi, sur le monde. Elle concerne le sens des mots, les savoirs sur les objets, sur les lieux ou les personnes…

Nous utilisons la mémoire sémantique lorsque nous essayons de nous rappeler : C’est celle que l’on a « sur le bout de la langue » …

  • Quel est le nom du président italien ?
  • Combien y a-t-il de jours dans l’année ?
  • A quelle famille d’animal appartient la chauve-souris ?

3- La mémoire épisodique

C’est la mémoire des évènements personnellement vécus. Celle qui nous permet de nous situer dans le temps et dans l’espace et de nous projeter dans le futur :

  • Je raconte mes vacances passées en Finlande. Je ne suis donc plus en Finlande et je ne suis plus en vacances. Je le serai bientôt.

Cette mémoire se constitue entre 3 et 5 ans. Elle est très liée à la mémoire sémantique (mettre des mots sur ce que l’on a vécu et enregistrer ses expériences comme des connaissances).

4- la mémoire procédurale

C’est la mémoire des automatismes : marcher, courir, faire du vélo, écrire, faire de la musique. Sans avoir à réapprendre à chaque fois.

C’est donc la mémoire de l’implicite, ces processus sont effectués de manière inconsciente.

C’est en s’entrainant, en automatisant que les savoirs faire deviennent inconscient.

Par ex :

  • A force de jouer du piano, j’automatise deux compétences : je ne déchiffre plus les notes et ne cherche plus les touches.

5- la mémoire perceptive

C’est la mémoire des 5 sens : permet de retenir des images, des bruits, des sensations sans s’en rendre compte.

Exemple :

  • Se souvenir d’un visage (et y associer un nom – mémoire sémantique).
  • Se rappeler où nous sommes garés.
  • Reconnaître une voix.
  • Sentir une odeur et y associer un souvenir (mémoire épisodique) ou le nom d’un aliment (mémoire sémantique).

La mémoire à long terme

Partagez cet article sur votre réseau social préféré !