Pour vous inscrire ou vous connecter : S'inscrire/Se connecter

La journée type d’une adolescente dyscalculique

Appartenant aux troubles de l’apprentissage, la dyscalculie concentre l’essentiel des difficultés sur les activités numériques : elle altère la capacité de l’enfant à comprendre et à utiliser les nombres. Mais la portée de ces troubles va bien au-delà des cours de mathématiques. Découvrons ensemble le quotidien d’une adolescente dyscalculique, que nous appellerons Magalie.

Découvrez les difficultés quotidiennes d’une Dyscalculique, via la présentation d’une journée type.

Le temps de préparation du matin

Chaque matin, Magalie prend une douche avant d’aller à l’école. Alors qu’elle pense n’y être que depuis peu de temps, son frère l’interpelle lui signalant que cela fait 20 minutes qu’elle est dans la salle de bain.

Un enfant dyscalculique peine à estimer le temps dont il a besoin pour accomplir certaines activités. Prise à défaut, Magalie commence sa journée en retard et frustrée, voire en colère contre son incapacité à bien anticiper cette tâche.

Les difficultés d’une Dyscalculique au collège

En élève consciencieuse et appliquée, Magalie a bien appris ses leçons d’histoire. Mais, lorsqu’elle doit faire une frise historique sur la période néolithique, les chiffres s’emmêlent et elle ne parvient pas à les classer par ordre croissant, puis de gauche à droite. Chez les Dyscalculiques, la sériation des nombres est difficile à comprendre et se mêle à l’anxiété systématiquement liée aux mathématiques.

La pause de midi l’aide à se détendre, mais une autre difficulté apparaît : elle doit acheter un sandwich et une boisson, mais ne sait pas si elle dispose d’assez d’argent… Elle tend son billet, en priant que cela suffise. La valeur des pièces et celle des billets associés aux calculs mentaux, sont de vrais obstacles pour elle.

Le contrôle de français va également la stresser, car elle va s’inquiéter du temps imparti pour réaliser le devoir : sur l’horloge, elle ne lit pas l’heure

La gestion de son activité périscolaire

À la sortie des cours, Magalie se rend seule à son cours d’athlétisme : elle doit prendre le bus n° 54, mais doute de savoir correctement l’identifier. Que fera-t-elle si elle prend le 45 à la place ? Souvent assimilées à de la distraction par ses proches, ses erreurs sont pourtant directement liées à sa dyscalculie. 

Une fois en cours, son professeur lui demande d’enchaîner différentes séquences : 300 mètres d’abord, puis 500 mètres et enfin 1 kilomètre. Mais notre Dyscalculique peine à mémoriser les nombres et ne parvient pas à réguler ses efforts en fonction de la distance.

La tenue des tâches familiales

De retour à la maison, Magalie est chargée de nourrir son chat : elle doit remplir son bol au quart de croquettes et lui déposer sur une assiette une boîte et demie de pâté. Souvent, elle demande à son frère de le faire pour elle, car elle ne comprend pas ces mesures et ces quantités.

Mais les difficultés de cette Dyscalculique touchent aussi les jeux en famille : comment calculer la somme de 2 dés ? Manipuler l’argent au Monopoly ? Bien souvent, Magalie préfère s’isoler dans sa chambre…

Sans qu’il y ait d’atteinte organique ou de déficience mentale, la dyscalculie est un trouble de l’apprentissage qui touche toutes les sphères de la vie : heureusement, lorsqu’elle est traitée rapidement, il est possible d’en alléger les symptômes ! Au-delà de l’orthophoniste, le recours à un ergothérapeute peut permettre d’entreprendre des aménagements spécifiques.

Partagez cet article sur votre réseau social préféré !