Pour vous inscrire ou vous connecter : S'inscrire/Se connecter

3 conseils pour calmer le stress d’un enfant autiste

Un enfant autiste a des difficultés à contrôler ses émotions : tout changement ou tout imprévu peut engendrer de l’angoisse et du stress. Ces situations influencent son comportement, ainsi que ses facultés à communiquer et à apprendre. Or, une accumulation de stress et de frustration peut générer des crises de colère intenses, qui s’expriment par un isolement, des pleurs, des cris, de l’agressivité, voire de l’auto-mutilation. Pour limiter au maximum ces épisodes, voici 3 conseils destinés à le calmer.

Nos 3 conseils pour qu’un enfant autiste reste le plus calme possible

Conseil 1 : Préparez votre enfant autiste à chaque nouvelle situation

Comme toute activité qui sort du cadre habituel d’un enfant autiste est source de stress et d’angoisse, il faut anticiper toutes les nouveautés – que ce soit un nouveau magasin, une visite chez le médecin ou chez le coiffeur, etc.

En fonction de la situation, cette préparation peut passer par l’élaboration d’un scénario social : il s’agit d’une « histoire courte », chargée d’exposer la nouvelle situation et d’y apporter la réaction appropriée et d’y distiller un sentiment positif à la fin, afin de réduire son appréhension.

Cela peut également se traduire dans un planning virtuel : ici, il s’agit de s’appuyer sur un support visuel pour communiquer avec l’enfant autiste. Par exemple, pour l’emmener voir le docteur, vous pouvez lui montrer le lieu quelques jours avant, lui présenter le médecin, pour que le jour J soit moins stressant. Parallèlement, vous pouvez jouer avec lui au docteur, avec l’aide d’une poupée pour aborder le matériel et les accessoires qui seront utilisés pour la consultation…

Conseil 2 : Accompagnez-le à accepter une nouvelle activité

Comme chaque nouveauté est source de stress, proposez-lui régulièrement une nouvelle activité, tout en acceptant de le faire à son rythme. Par exemple, présentez à votre enfant autiste un nouveau livre plusieurs jours de suite. Au départ, il risque de le refuser, mais à force de lui proposer, il le visualisera et l’intégrera comme une activité connue.

Idéalement, privilégiez une activité courte en lien avec ses centres d’intérêt et alternez-la avec une autre qu’il maîtrise totalement. S’il ne fait pas mine de s’y intéresser, installez-vous à côté de lui et jouez en verbalisant vos actions pour attirer son attention progressivement…

Surtout, n’oubliez pas de le féliciter quand il entreprend de nouvelles choses : cela l’incitera à renouveler ce comportement.

Conseil 3 : Écoutez-le et encouragez-le à communiquer ses sentiments

Vulnérable, l’enfant autisme peine à exprimer ses émotions : or, il est impératif de l’encourager à vous les communiquer. Pour cela, prenez le temps de l’écouter. En cas de crise, évitez de le forcer et de le gronder ; au contraire, montrez-vous rassurant(e) et calme. Ainsi, si le rendez-vous chez le médecin ne se passe pas bien, évitez de l’immobiliser, préférez, si c’est possible, décaler le rendez-vous pour mieux le préparer à sa tenue.

Dans tous les cas, n’hésitez pas à user de techniques de relaxation pour diminuer son stress – en focalisant son attention sur sa respiration (technique du mouchoir devant la bouche devant votre enfant autiste) ou sur une musique relaxante… Autant de méthodes qui l’aideront à mieux garder le contrôle en grandissant…

Partagez cet article sur votre réseau social préféré !