Pour vous inscrire ou vous connecter : S'inscrire/Se connecter

3 conseils pour aider votre enfant dysphasique

Peu connue, la dysphasie est un trouble de l’apprentissage et du développement du langage oral : plus ou moins sévère selon les cas, il ne s’agit pas d’un retard et ne disparaît pas avec le temps. Dès lors, cela suppose de trouver des solutions pour apprendre à vivre avec et compenser. Découvrez nos conseils pour accompagner votre enfant dysphasique en tant que parents

Quelques conseils pour les parents d’un enfant dysphasique

Conseil n° 1 : Encouragez votre enfant dysphasique à s’exprimer

Quelle que soit la forme qu’il développe (expressive, réceptive ou mixte), un enfant dysphasique a tendance à se renfermer sur lui-même. Dans la difficulté constante de ne pas pouvoir s’exprimer aisément et/ou de comprendre le langage oral, il préfère souvent ne plus parler du tout.

N’encouragez pas cette réaction et favorisez la communication orale avec lui : ne précipitez rien, laissez-lui le temps de réfléchir, sans quoi il risque de se démotiver. S’il ne parvient pas à trouver un mot, énoncez-lui la première syllabe pour le mettre sur la voie. Veillez à ne pas lui donner le mot en entier, sauf si votre enfant dysphasique est en réelle difficulté.

Bon à savoir : la lecture participe à l’apprentissage du langage. Offrez-lui des livres audios, avec un support manuscrit, pour associer le son et les lettres, tout en améliorant son écoute.

Conseil n° 2 : Créez des jeux pour enrichir son vocabulaire

Victime du trouble d’accès lexical, un enfant dysphasique manque souvent de vocabulaire. Pour pallier ce problème, créez des petits jeux pédagogiques, pour qu’il assimile le langage sous un angle positif et l’aide à surmonter ses difficultés. Par exemple, dessinez un mot et faites-le deviner à votre enfant.

Plusieurs jeux peuvent aussi contribuer à le stimuler positivement : proposez-lui des devinettes ou des mimes, faites-lui nommer les objets qu’il voit sur un trajet, ou encore faites-lui trouver l’intrus dans une liste de mot.

Bon à savoir : pour renouveler son intérêt, n’hésitez pas à varier les formes de communication.

Conseil n° 3 : Apportez-lui du soutien à la maison et à l’école

Tout au long de sa scolarité, un enfant dysphasique éprouvera forcément des difficultés liées à l’expression ou à la compréhension du langage oral. Discutez-en avec l’équipe pédagogique pour envisager ensemble des solutions, évitant ainsi sa marginalisation. À chaque niveau — maternelle, élémentaire, collège et lycée — une adaptation est possible pour accompagner votre enfant.

À la maison, proposez-lui de travailler sur ordinateur le plus tôt possible, ainsi que tous les supports non-oraux, qui l’aideront dans l’amélioration de son oralité. Soutenez-le, aidez-le à lire les consignes de ses devoirs, pour lever toutes les incompréhensions ou hésitations.

Bon à savoir : le Projet Personnalisé de Scolarisation est essentiel pour accompagner le parcours scolaire d’un enfant dysphasique. S’il n’est pas mis en place après la maternelle, il faut vite l’initier en élémentaire

Parallèlement à tous ces conseils, n’hésitez pas à prendre rendez-vous auprès d’un orthophoniste, pour bénéficier d’un suivi, professionnel et personnalisé. Ensemble, ils avanceront au rythme de votre enfant, surmontant, une à une, chaque difficulté.

Partagez cet article sur votre réseau social préféré !