Trouble TDAH : comment favoriser son autonomie ?

trouble tdah« C’est quand il ne fait pas de bruits, quand je ne le vois plus bouger un peu partout… c’est à ce moment-là que je panique le plus. Je me dis soit il fait une bêtise quelque part, soit il lui est arrivé quelque chose, et l’un ne m’enchante pas plus que l’autre. » Confie une maman de TDAH ; « Il se met si souvent et si facilement en danger que je dois constamment avoir un œil sur lui où que l’on soit ! » raconte une autre ; « Notre présence est nécessaire pour les devoirs parce qu’il ne peut pas les faire seul… Parce que nous craignons qu’il fasse mal les choses, nous les faisons à sa place. » Témoigne des parents TDAH…

Votre enfant hyperactif, autonome ? Vous en aviez certainement rêvé, car être parent d’un enfant souffrant de trouble TDAH est tout un boulot, et c’est un boulot particulièrement épuisant ! Mais en même temps, imaginer qu’il ait à se débrouiller seul n’est sans doute pas évident. Quand on pense à ses difficultés à organiser son emploi du temps, au mal-être auquel il est souvent sujet, mais surtout, à son extrême impulsivité, il est difficile de penser qu’il puisse être indépendant un jour, et le laisser seul est indubitablement une idée angoissante. Et pourtant, pour votre bien-être aussi bien à vous, mais surtout à lui, cette autonomie est nécessaire…

Doit-on favoriser l’autonomie d’un enfant hyperactif ? Pourquoi ?

C’est sans doute la question que vous vous posez le plus. Il a beau avancé en âge, il est toujours aussi incapable de mener une tâche à bien et à son terme. Il ne gère pas son temps, sa mémoire est presque toujours défaillante, il n’est jamais prudent et se montre très maladroit, ses relations avec ses camarades sont souvent conflictuelles… Et ses devoirs ? Ses leçons ? C’est désespérant ! Ses résultats scolaires sont chaotiques, car il n’arrive toujours pas à se concentrer et l’aider à apprendre est un véritable parcours de combattant ! Il est très difficile, dans ces conditions, de penser à son autonomie.

enfant impulsifVa-t-il y arriver ? Qu’allait être son futur scolaire ? Serait-il capable de réussir ses études ? L’avenir de ces petits êtres spéciaux est souvent au cœur des soucis parentaux et cela est tout à fait normal. Mais à le couver constamment, comme on le fait aujourd’hui sous prétexte qu’il a un handicap majeur ne va malheureusement pas l’aider ! Bien au contraire, en étant tout le temps sur son dos à lui montrer comment il doit faire une chose ou le faisant pratiquement à sa place, on ne fait que lui prouver qu’il est un « incapable ». Dans la majorité des cas, c’est surtout cette attitude que nous avons-là qui renforce la perte de confiance en-soi et la piètre image qu’il a de lui-même.

Que faire alors ? Aussi difficile que cela puisse paraître, il faut le laisser grandir, il faut le laisser apprendre de ses erreurs, et ce, en favorisant son indépendance.

Comment le rendre plus indépendant ?

Pourquoi votre enfant hyperactif est si dépendant de vous ? Pourquoi vous éprouvez le besoin de le couver, de l’aider constamment ? Parce qu’il est extrêmement impulsif et se met ainsi en danger plus facilement ? Parce qu’il est mal organisé et peut sauter des repas sans même s’en rendre compte ? Pour rendre votre bout de choux plus autonome, vous devez mettre en œuvre des stratégies qui viseront à alléger ces défauts !

Que faire contre l’impulsivité ?

L’enfant qui souffre de trouble TDAH présente généralement un dysfonctionnement cérébral d’une fonction exécutive en particulier : l’inhibition. Cette dernière est due à un déficit au niveau :

  • De la fonction de contrôle, le mécanisme cérébral qui nous permet de jauger rapidement un acte avant de l’accomplir ;
  • Du langage intérieur, le mécanisme cérébral qui nous permet de répondre à un acte par les mots et non, par un autre acte ;
  • De l’anticipation, cette capacité qui nous permet de nous projeter dans le futur et d’y analyser les conséquences d’un acte avant d’agir.

Ses déficiences ont pour conséquence l’incapacité de l’enfant à se contrôler, quelles que soient les circonstances. Il n’a pas les aptitudes naturelles nécessaires pour analyser un comportement avant l’action, pour maitriser ses réactions et ne vivant que dans le présent, pour penser aux conséquences de ce qu’il fait dans le futur. Autrement dit, il n’a aucun contrôle sur ses actes, ce qui explique pourquoi il a tendance à réagir au quart de tour, sans songer le moins du monde aux conséquences de ses actes. En gros, c’est un enfant qui agit d’abord et qui réfléchit après d’où les risques qu’il encourt et les dangers auxquels il peut s’exposer !

Trouble TDAH : ce que vous pouvez faire pour l’aider

dyspraxiquesL’autocorrection – Dans toutes les situations auxquelles il est confronté, privilégiez l’autocorrection. Que ce soit en classe ou à la maison, à chaque acte qu’il fait ou qu’il a déjà fait, encouragez-le à y réfléchir et à en tirer des  leçons. Quand il fait ses devoirs par exemple, habituez-le à toujours relire ce qu’il vient d’écrire et à corriger ses erreurs. Alors certes, il mettra encore plus de temps à faire ses devoirs, mais au moins les résultats seront corrects et vous ne serez pas obligés de rester là à vérifier ou à les faire vous-mêmes.

L’auto instruction – Par le biais de stratégies verbales simples, apprenez-lui à s’auto-instruire. Pour ne pas l’embrouiller, établissez chaque stratégie à l’aide d’étapes simples et faciles à pratiquer et qui serviront de rituels. Pour compenser le déficit de langage intérieur par exemple, vous pouvez faire comme suit : verbalisez toujours votre action, demandez à l’enfant de réaliser l’action demandée pendant que vous la verbalisez, demandez à l’enfant de réaliser l’action en la verbalisant lui-même, demandez à l’enfant de chuchoter l’action puis progressivement, demandez-lui de la verbaliser dans sa tête.

L’auto-surveillance – parce que vous ne pouvez pas le quitter des yeux en grande partie parce qu’il n’est jamais prudent, apprenez-lui l’auto-surveillance. Parce que cela n’est pas automatique chez lui, faites avec lui une liste pour commencer. Une fois que les précautions à prendre à chaque action présentes dans cette liste sont prises de manière automatique, vous pouvez en faire une nouvelle selon ses besoins.

Le signal – Pour que vous n’ayez pas à jouer la voix de sa conscience constamment, en commun accord avec lui, établissez une sorte de signal, de rappel à l’ordre avant chaque action. Il peut s’agir d’un petit signe, mais également d’un petit temps d’arrêt, ou d’un bon de colère ou de pause. Cela lui donnera le temps de se calmer et subséquemment, d’évaluer le pour et le contre de celle-ci ; et pour qu’il puisse s’assurer qu’il fait bien ce qu’il est censé faire. Ainsi, lorsqu’il sent monter la crise par exemple, il n’aura qu’à vous montrer à vous ou à son enseignant, le bon correspondant afin qu’il puisse s’isoler et se calmer.

Que faire contre l’incapacité à s’organiser ?

L’incapacité à s’organiser fait partie intégrante des symptômes du trouble TDAH. Elle est en grande partie due au déficit d’attention et de concentration, et à l’impulsivité, qui font que même s’il le voulait, l’enfant n’est pas assez concentré et patient pour ranger ses affaires et bien moins sa chambre. Voilà pourquoi, si vous ne voulez pas qu’il perde quelque chose et parce que vous êtes lasse qu’il égare tout le temps ses affaires, vous ranger vous-même !

Ce que vous pouvez faire pour l’aider

tdah troubleLes objectifs – Pour compenser sa mémoire défaillante, fixez avec lui des objectifs quelle que soit la tâche à accomplir. Par exemple, avant de sortir de sa classe, son objectif sera de s’assurer que toutes ses affaires sont bien présentes dans son cartable et que son journal de classe est bien rempli. Plus tard, vous pourrez également le laisser définir ses propres objectifs, et vous expliquer comment ses motivations et la manière dont il compte s’y prendre pour les atteindre.

Les priorités – Etablissez également la liste des priorités pour chaque tâche à faire. À la maison par exemple, le matin à son réveil, la priorité est de se laver et de s’habiller rapidement et non pas de jouer ou de regarder la télé, sinon il va être en retard à l’école.

Les pictogrammes – Ces petites icônes peuvent également être très utiles, car elles rappelleront à votre enfant ce qu’il faire et comment il doit le faire. Dans la douche par exemple, vous pouvez utiliser des pictogrammes pour énumérer les étapes à faire lorsqu’il fait sa toilette. Vous pourrez les enlever lorsque le rituel deviendra automatique.

TDAH – Trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité – TDAH



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à l’utilisation de cookies. En savoir plus

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close