La dyspraxie au quotidien !

À la différence des autres troubles DYS, la dyspraxie est celle qui peut avoir le plus d’impacts sur la vie quotidienne de votre enfant. Également surmonté « Trouble du comment faire », c’est celui qui le désavantage le plus, car la maladresse motrice et la lenteur dans l’exécution touchent directement les gestes les plus basiques au quotidien : l’habillement, l’alimentation, la toilette, le rangement, les déplacements, la manipulation d’objet…

Votre enfant est dyspraxique, voici quelques petits conseils pratiques qui vous permettront de l’aider au quotidien !

Comment l’aider pour l’habillement ?

dyspraxieLes enfants dyspraxiques ont le plus grand mal à s’habiller. N’ayant aucun contrôle sur le geste, ils se montrent souvent incapables de refermer les attaches (nœuds, boutons, boucles, etc.), de faire la différence entre la manche d’une chemise et la jambe d’un pantalon, de mettre les vêtements dans l’ordre… Si bien que le moment d’habillage prend beaucoup de temps et dans la plupart des cas, n’est jamais achevé.

Une garde-robe adaptée, des vêtements plus accessibles…

Pour rendre cette étape de la journée moins contraignante et plus rapide, vous pouvez commencer par choisir, pour votre enfant, des vêtements adaptés à son handicap, qu’il pourra enfiler sans trop de difficultés :

  • Pour le haut, choisissez des vêtements dépourvus de boutons, de nœuds, de fermetures éclair ou de boucles : t-shirt, polo, etc.
  • Pour le bas, évitez les pantalons ayant des boucles et nécessitant une ceinture. Optez plutôt pour ceux à ceinture élastique intégrée.
  • Pour les chaussures, bous pouvez utilisez des lacets adaptés, ou favorisez les chaussures à scratch.
  • Pendant l’hiver, privilégiez les moufles plutôt que les gants et donnez-lui des chaussettes moins serrées.

Un apprentissage progressif, le premier pas vers l’indépendance

Certes, vous pourrez procéder à l’habillage vous-même. C’est d’ailleurs recommandé lorsque l’enfant est encore petit et est incapable de se débrouiller tout seul. Mais notez bien que vous ne serez pas toujours présent et il ne restera pas éternellement un enfant. Tôt ou tard, il faudra qu’il s’habille tout seul, voilà pourquoi, en plus de lui fournir des vêtements plus pratiques ainsi, vous devrez également prendre le temps de lui apprendre à les enfiler. Et ce, dès qu’il sera en âge de le faire.

Faire tout automatiquement à sa place ne ferait que le rendre plus dépendant de vous et aggraver son état.

Comment l’aider pour sa toilette ?

dyspraxie toiletteAccéder à la propreté est difficile pour les enfants dyspraxiques. L’hygiène n’est pourtant pas mise en cause, car si l’enfant se lave mal, c’est uniquement parce qu’il ne peut pas maitriser correctement le mouchoir s’il a besoin de se moucher, il est incapable de bien manier sa brosse à dents, il ne peut pas se savonner correctement et bien entendu, a beaucoup de difficulté à manœuvrer la douche.

À l’enfance, il est normal que vous lui donniez son bain. Lorsqu’il grandira cependant, il en sera obligatoirement autrement, car il voudra avoir son intimité et vous devrez respecter cela.

Des outils adaptés, pour une toilette plus pratique

Là encore, pour l’aider à devenir autonome dans ce domaine, vous devrez adapter les outils à son handicap :

  • Exit le savon, donnez-lui un gel douche, de préférence dans un flacon en plastique pourvu d’une pompe. Ainsi, il n’aura qu’à appuyer dessus pour avoir son savon.
  • Pour des raisons pratiques, mais aussi de sécurité, faites installer un robinet thermostatique. Il ne perdra pas ainsi de temps à régler l’eau à la température qu’il souhaite, et cela lui évitera parallèlement de se brûler.
  • Dans cette même optique, faites installer des tapis antidérapants autour de la douche ou de la baignoire. Rappelez-vous toujours que la dyspraxie n’a pas été surnommée « la maladresse pathologique » pour rien.
  • Parce qu’il ne peut pas s’essuyer correctement tout seul et parce qu’il aura beaucoup de mal à enfiler un peignoir, favorisez l’emploi de serviette large dans laquelle il pourra s’enrouler entièrement.
  • Pour les dents, donnez-lui également un dentifrice à pompe et pour qu’il n’ait pas à fournir des efforts colossaux dans le brossage, favorisez l’emploi de brosse à dents électrique.

L’art du lavage, tout un apprentissage !

Trouble DYS ou pas, même les enfants normaux ont appris, à un moment donné de leur vie, comment bien se laver et comment bien faire leur toilette. L’enfant dyspraxique n’échappe pas à cette règle, quoique pour lui, ça sera tout un apprentissage !

Pour lui apprendre,

  • Procédez étape par étape, dites-lui clairement ce qu’il doit faire pour commencer et ce qu’il devra faire par la suite ;
  • Pour chaque étape, verbalisez de manière précise les gestes à effectuer : tu pars du haut vers le bas, tu frottes en faisant des cercles, etc.

Pendant toute la période d’apprentissage, la motivation est extrêmement importante. Ainsi, même si la toilette n’est pas correctement faite et même si la salle de bain est sens dessus dessous, ne le culpabilisez pas. Appréciez plutôt les efforts qu’il a fournis pour le motiver et l’inciter à faire mieux la prochaine fois.

Enfant dyspraxique : comment l’aider à table ?

dyspraxie tableOui, ce n’est pas agréable à voir, mais c’est ainsi : n’ayant aucune maitrise sur les ustensiles utilisés à table (cuillère, fourchette, etc.), lorsqu’un enfant souffrant de dyspraxie mange, on a l’impression qu’un déluge est passé. En plus d’être extrêmement lent, il casse souvent ses couverts, renverse le contenu de son verre et met de la nourriture un peu partout autour de lui : sur la table, sur sa chaise, sur le sol, sur lui-même…

Ce qu’il faut faire

  • Installez-le bien proche de la table ;
  • Mettez-lui des couverts incassables et un verre bien stable ;
  • Donnez-lui des serviettes de table pour qu’il ne salisse pas ses vêtements ;
  • Laissez-le utiliser les couverts qui lui mettent à l’aise et auxquels il est habitué ;
  • Mettez des serviettes sur vos chaises si elles sont en tissu pour les protéger d’éventuelles projections ;
  • Coupez d’avance les aliments qui ont besoin d’être découpés (viande, légumes, fruits, etc.) pour gagner du temps et pour qu’il n’ait pas à manier un couteau. Cela pourrait être dangereux pour lui.

Ce qu’il ne faut pas faire

  • Ne lui demandez pas de faire moins de dégâts. Croyez-le bien, il l’aurait fait s’il le pouvait.
  • N’exigez jamais de lui qu’il mange plus vite parce que vous êtes pressé. Vous ne ferez que le stresser davantage, il sera, du coup, beaucoup plus lent.
  • Ne le ridiculisez pas, surtout en public.

Dyspraxie: Comment aider un enfant dyspraxique ?



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à l’utilisation de cookies. En savoir plus

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer