Pour vous inscrire ou vous connectez : S'inscrire/Se connecter

Enfants hyperactifs : qu’en est-il de la composante émotionnelle ?

trouble émotionnelLes enfants souffrant de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité présentent généralement des perturbations au niveau émotionnel. Mais difficile à quantifier, cette composante symptomatologique du TDAH est souvent négligée, voire ignorée par les spécialistes.

Les difficultés émotionnelles de l’enfant hyperactif sont pourtant bel et bien réelles et elles sont d’autant plus importantes du fait qu’elles ne sont pas une conséquence du trouble, mais bel et bien un symptôme à part entière, renforcé par le rejet et les échecs répétés que peuvent supporter les enfants hyperactifs. Et comme la plupart des symptômes du TDAH, elles ont également un impact négatif et non négligeable sur la vie quotidienne du patient, et ce, quel que soit son âge.

Comment expliquer les dysfonctionnements émotionnels des enfants hyperactifs ?

Le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité implique plusieurs voies cérébrales. Chez les enfants hyperactifs, on remarque ainsi des dysfonctionnements au niveau des voies fronto-corticales, à l’origine des problèmes d’attention, de concentration et de mémorisation. Mais on remarque pourtant également des altérations au niveau des voies fronto-limbiques, zone justement responsable de la régulation émotionnelle. D’où les troubles dysthymiques que l’on remarque chez les enfants atteints de TDAH.

Qu’est-ce qu’un trouble dysthymique ?

Les troubles dysthymiques englobent tous dysfonctionnements émotifs chez l’enfant soit les troubles affectifs, les troubles caractériels ainsi que les troubles psychomoteurs. Ceux-ci peuvent se manifester de différentes façons, tantôt de manière simple tantôt de manière complexe, selon les cas.

Les troubles dysthymiques se manifestent généralement par :

  • De la colère et de l’énervement, exprimé ou contenu ;
  • De l’excitation et de la dépression ;
  • De l’anxiété sous la forme de timidité, de doutes, de la peur.

Comment se manifestent les perturbations émotionnelles chez les enfants hyperactifs ?

Vous l’avez sans doute déjà remarqué, par rapport à ses frères et sœurs et aux enfants du même âge, votre enfant hyperactif est beaucoup plus sensible. Le fait est que chez les enfants hyperactifs, les émotions, qu’elles soient négatives ou positives, sont ressenties de manière plus intense. Très susceptibles, ils peuvent réagir violemment face aux critiques, aux moqueries et au rejet d’autrui.

Une hypersensibilité au rejet

enfants hyperactifsIl faut savoir que l’hyperactivité ne se manifeste pas toujours à l’extérieur. Il se peut qu’un enfant souffrant de TDAH paraisse calme de visu, mais en réalité, il bouillonne à l’intérieur : tout ce qui est vécu dans la journée est souvent ressassé, les rejets en particulier.

Ce n’est pas seulement la conscience de leur différence qui fait que les enfants hyperactifs redoutent d’être rejetés et abandonnés. Ils sont souvent très tactiles, quémandent beaucoup plus de câlins et d’attentions que les autres et sont souvent très sensibles à ce que les autres pensent d’eux. La moindre critique, la moindre humiliation peuvent être perçues comme une éjection et peuvent provoquer une grande souffrance intérieure.

Malheureusement, du fait de leurs symptômes, les enfants hyperactifs ont de grandes difficultés à s’intégrer à la sphère sociale. Résultat : ils se replient sur eux-mêmes, s’isolent, deviennent agressifs… Ils sont par ailleurs constamment sur la défensive et finissent presque toujours par être rejetés par leurs camarades. Chose qu’il faut à tout prix éviter !

Une hyperémotivité et une hypersensibilité à l’échec

Les enfants hyperactifs ont rarement le contrôle sur leurs émotions et subséquemment sur leurs comportements. Et cette impulsivité ne les rend pas forcément service. Car il arrive souvent qu’ils réagissent de manière inappropriée, voire exagérée face à une situation contrariante.

Ils ont également une grande difficulté à accepter l’échec. Rien que l’idée d’être « désapprouvé » provoque chez eux une angoisse intense aussi, chaque activité provoque une pression intellectuelle, mais également émotionnelle importante. Il est indispensable pour eux de réussir tout ce qu’ils entreprennent de peur du regard et des avis des autres à leur sujet.

La peur de ne pas réussir, lorsqu’elle est vraiment importante, provoque une réponse émotionnelle à peine supportable. Si bien que l’enfant hyperactif va mettre en place une stratégie d’évitement face à toute activité nécessitant un effort de sa part : il ne voudra plus faire ses devoirs parce qu’il angoissera trop à l’idée de ne pas les réussir, il refusera de participer à des jeux collectifs ou à des compétitions par peur de perdre et d’être ainsi considéré comme une mauviette, il ne voudra pas relever des défis

Les conséquences des troubles émotionnels dans la vie des enfants hyperactifs

TDAH médication

S’ajoutant à l’impulsivité, les réactions émotionnelles et comportementales résultant de la peur du rejet et de l’échec vont peu à peu détruire la relation de l’enfant TDAH avec son entourage. Premièrement, il éprouvera un très grand mal à acquérir des compétences sociales : coupant souvent la parole des autres, il sera difficile pour lui de coopérer avec les autres et de soutenir une conversation normale.

Et parce qu’il agit souvent violemment, les autres commenceront à s’écarter de lui de peur de ses réactions imprévisibles et pas toujours appréciées. Une fois qu’il se sentira « rejeté », il commencera à se replier sur lui-même, à avoir très peu d’estime de soi et finalement, à s’isoler totalement des autres !

Relever des défis, tenter sa chance… est inenvisageable. Car il ne voudra jamais essayer quelque chose qu’il ne maîtrise pas correctement et dont l’issu est improbable. L’angoisse de l’échec va beaucoup limiter son champ de possibilité, car il refusera de faire quelque chose dont la solution n’est pas courte, simple et accessible.

Comment aider votre enfant ?

Pour minimiser les dégâts provoqués par son hyperactivité, vous devez avant tout consulter un spécialiste pour que votre enfant bénéficie de toutes les prises en charge adaptées à son problème. Même si les traitements proposés à ce jour ne guérissent pas totalement le TDAH, ils pourront alléger les symptômes et aider l’enfant à mieux supporter les réponses émotionnelles auxquelles il fait face tous les jours !

La première chose à faire est donc de proposer à l’enfant une rééducation visant à corriger ses comportements destructeurs. Il s’agira par la suite de l’aider à mieux gérer ses émotions, à mieux faire face aux situations négatives et à mieux se comporter et donc communiquer avec la société.

Aux parents et aux enseignants, il est conseillé :

  • D’encourager les bons comportements par des félicitations et des commentaires positifs ;
  • D’éviter le maximum possible les critiques négatives. En cas d’erreurs, de fautes ou de bêtises, mieux vaut lui expliquer ce qu’il a fait de mal et lui indiquer le comportement approprié.

Partagez cet article sur votre réseau social préféré !