Pour vous inscrire ou vous connectez : S'inscrire/Se connecter

Comment aider un enfant dysorthographique ?

Nos dossiers DYSORTHOGRAPHIE

La dysorthographie est un trouble persistant de l’acquisition et de la maîtrise de l’orthographe. Il affecte principalement l’apprentissage et l’automatisation de la correspondance phonème‑graphème.

dysorthographieLa dysorthographie est un trouble de la famille des DYS, qui se manifeste par un défaut majeur dans l’acquisition et l’assimilation de l’orthographe. L’enfant qui en souffre éprouve de grandes difficultés à maitriser les règles orthographiques, ce qui entraîne une altération de l’écriture, aussi bien spontanée que dictée.
On peut distinguer deux types de dysorthographie :

  • La dysorthographie de développement, qui est inné chez l’enfant ;
  • La dysorthographie acquise, qui est due à un traumatisme.

Les causes

La dysorthographie est généralement la conséquence d’un trouble de l’apprentissage. Un enfant dyslexique, par exemple, souffre forcément de ce trouble de l’écriture. Cela dit, il existe également des cas isolés de dysorthographie sans dyslexie.

Vous trouverez dans nos dossiers toutes les informations sur la dysorthographie. Si vous préférez recevoir un ouvrage à la maison nous vous conseillons 100 idées et + sur la dysorthographie:
En savoir +100 idées pour venir en aide aux élèves

La dysorthographie n’est pas un problème psychiatrique. Elle relève plutôt d’un trouble neurologique, mais il est encore difficile de préciser la cause exacte de cette maladie. Quoi qu’il en soit, toute comme la plupart des troubles DYS, elle n’est pas la conséquence d’un niveau d’intelligence inférieur.
Des études approfondies en neuropsychologie ont permis de réaliser de grandes avancées dans la compréhension du fonctionnement très complexe du langage humain. Elles mettent en évidence un dysfonctionnement de certains réseaux du système nerveux cérébral, responsable de la réception, de l’intégration et du traitement du langage aussi bien oral qu’écrit.

Les facteurs de risque

Dans la majorité des cas, la dysorthographie, au même titre que les autres troubles DYS, est favorisée par :

  • des facteurs pathologiques tels que la prématurité, la souffrance néonatale, etc.
  • des facteurs psychologiques ou affectifs qui provoqueront un blocage dans l’apprentissage fondamental : paresse, trouble de la motivation, etc.
  • des facteurs génétiques provoquant une altération du système cérébral responsable de l’assimilation du langage écrit ;
  • des facteurs hormonaux et des facteurs socioculturels : milieu défavorisé, famille peu scolarisée, etc.

Les différentes manifestations de la dysorthographie

La dysorthographie se manifeste par d’importantes erreurs de transcription, classées en 4 catégories :

  • Les troubles de la transcription phonologique
  • Les troubles du contrôle sémantique
  • Les troubles morphosyntaxiques
  • Les troubles du lexique orthographique

Les troubles de la transcription phonologique

C’est un déficit au niveau phonème et graphème, et résulte d’une difficulté, chez l’enfant, à associer un graphème à un son, c’est-à-dire à faire correspondre une unité sonore à une unité écrite, une prédisposition qui devrait lui être automatique. Ils se manifestent généralement par des erreurs auditives et visuelles répétitives, et ce, alors que l’enfant ne souffre pas de problèmes auditifs particuliers.

Ils se manifestent par :

  • Une confusion entre les sons proches : « jirafe » pour « girafe ».
  • Une assimilation des mots : « sante » pour « chante ».
  • Une inversion des lettres : « setp » pour « sept ».
  • Une substitution des mots par un autre mot de sens voisin : « chemin » pour « sentier ».
  • Des erreurs de copie des mots : « chenile » pour « chenille ».

Les troubles du contrôle sémantique

Ce trouble dysorthographique se traduit par une défaillance sémantique, c’est-à-dire par une inaptitude à mémoriser les mots ainsi que leurs utilisations. Il en résulte chez l’enfant :

  • Une confusion d’homophones : « mer » pour « mère ».
  • Un découpage anarchique des mots : « unabit » pour « un habit ».

Les troubles morphosyntaxiques

Ces troubles se manifestent par une incapacité majeure à assimiler les règles grammaticales et syntaxiques. D’où :

  • Une lacune au niveau des accords nominaux : « des chat » pour « des chats ».
  • Une mauvaise assimilation de la conjugaison et des règles d’accords verbaux : « ils chante » pour « ils chantent ».
  • Une mauvaise compréhension de la grammaire : « il a manger » pour « il a mangé ».

Les troubles du lexique orthographique

Ces troubles se traduisent chez l’enfant dysorthographique par des fautes d’orthographe même pour des mots familiers, souvent utilisés, et ce, malgré les répétitions. Ils s’expliquent généralement par un déficit au niveau de la représentation mentale des mots, c’est-à-dire une difficulté chez l’enfant à se mémoriser et à se représenter visuellement les lettres et les mots.

Il en résulte :

  • Une omission de lettres : « fère » pour « frère ».
  • Une confusion de lettres : « vrère » pour « frère ».
  • Un ajout de lettres ou de syllabes : « frèire » pour « frère ».

trouble dysorthographiqueLes symptômes de la dysorthographie

La dysorthographie se manifeste surtout par des problèmes au niveau de l’écriture et de la transcription, qui sont généralement lentes, irrégulières et maladroites.

Ces premiers symptômes sont décelables dès la petite enfance. Toutefois, quelques difficultés dans l’apprentissage de l’orthographe ne signifient pas forcément qu’un enfant en souffre. On parle de trouble dysorthographique lorsque les difficultés perdurent malgré les mesures prises pour y remédier.

Les symptômes en préscolaire

En maternelle, le trouble dysorthographique se reconnaît par :

Un retard persistant au niveau du langage oral ;

  • Un vocabulaire pauvre et limité ;
  • Une mauvaise compréhension des sons ;
  • Un problème au niveau de l’orientation spatio-temporelle ;
  • Un graphisme irrégulier et malhabile ;
  • Une difficulté à mémoriser.

Les symptômes en primaire et en secondaire

Si le trouble n’est pas dépisté en préscolaire, chez l’enfant et l’adolescent, il se traduit par :

  • Un retard important de la lecture malgré le passage en CP ;
  • Une non-reconnaissance de lettres malgré leurs fréquences d’utilisation ;
  • Une difficulté à recopier un texte ;
  • Un pourcentage élevé de fautes d’orthographe ;
  • Un écart important entre le raisonnement et les résultats à l’écrit ;
  • Une incompréhension du sens des mots à la lecture ;
  • Une calligraphie irrégulière et maladroite.

dysorthographiqueLe diagnostic de la dysorthographie

Le diagnostic de la dysorthographie est établi à partir d’un bilan orthophonique. Comprenant un test de conscience phonologique ainsi qu’un test visuo-attentionnel, celui-ci va permettre de déterminer la spécificité clinique du trouble, d’en mesurer sa gravité et évaluera les capacités du patient aussi bien sur le plan oral qu’écrit.

Il permettra également d’écarter tous problèmes éventuels pouvant causer les mêmes symptômes qu’un trouble dysorthographique :

  • Une dyslexie ;
  • Un problème moteur ;
  • Un quotient intellectuel plus bas ;
  • Un déficit de l’attention et de la concentration ;
  • Un problème au niveau de la compréhension ;
  • Un trouble psychologique primaire ;
  • Etc.

Les examens supplémentaires à prévoir

Dans la mesure où la dysorthographie est un problème assez complexe, d’autres examens peuvent également être recommandés avant l’établissement d’un diagnostic officiel :

  • Un audiogramme ;
  • Un bilan orthoptique ;
  • Un bilan psychologique ;
  • Un bilan ergothérapeutique ;
  • Un bilan neuropsychologique ;
  • Un bilan neuropédiatrique.

Le patient peut également être amené à consulter un neuropsychologue. Une évaluation neuropsychologique permet en effet de déterminer les vraies difficultés du dysorthographique et de mieux orienter les traitements à adopter.

Le traitement

dysorthographie traitementLa rééducation orthophonique est obligatoire. Visant à remédier aux divers déficits causant la dysorthographie, et à aider l’enfant à surmonter ses difficultés, elle doit être réalisée le plus précocement possible, dès lors que le diagnostic est posé.

Ce type de traitement s’effectue de manière individuelle, car elle doit être adaptée en fonction des besoins de chaque patient. Sa durée ainsi que la fréquence des séances dépendront donc essentiellement de la gravité du problème. Mais en règle générale, un enfant dysorthographique devra avoir deux séances de rééducation par semaine.

Cette prise en charge consiste à :

  • Aider le patient à acquérir des processus d’apprentissage, et ce, grâce à des techniques de visualisation notamment ;
  • Remédier aux déficits de correspondance automatique entre le phonème et le graphème ;
  • Apprendre les règles orthographiques à certains patients.

Les prises en charge supplémentaires

Une rééducation chez le graphothérapeute et le psychomotricien peut également s’avérer efficace. Ces prises en charge consistent effectivement à aider l’enfant à acquérir et à assimiler les gestes d’écriture qui ne sont généralement pas automatiques chez les dysorthographiques.

Les aménagements scolaires

Selon la loi du 11 février 2015, les enfants dysorthographiques bénéficient des mêmes avantages que les enfants handicapés dans le milieu scolaire et social. Cette loi stipule que :

  • L’enfant devra être scolarisé dans un établissement pas nécessairement spécialisé, mais qui se trouve à proximité de son domicile ;
  • Toute décision relative au « Projet Personnalisé de Scolarisation » pour l’enfant devra être conjointement prise par les enseignants et les parents ;
  • L’enfant devra bénéficier d’un programme scolaire adapté à ses capacités, tout en prenant compte de ses besoins ;
  • L’enfant devra bénéficier de l’égalité des chances, au même titre que les autres candidats, pendant les examens.

Les mesures scolaires

Pour améliorer la vie scolaire de l’enfant dysorthographique, ses parents peuvent avoir recours à :

  • Une P.P.S ou Projet Personnalisé de Scolarisation, qui consiste à adapter l’emploi du temps de l’enfant ainsi que son programme scolaire en fonction de ses compétences et de ses besoins.
  • Un P.A.I ou Projet d’Accueil Individualisé, qui consiste à mettre en place un dispositif interne pour aménager un environnement adapté à l’enfant dysorthographique au sein de l’établissement scolaire.

Cp – Ce1 – Ce2 – Cm1 – Cm2 – 6ème

Vidéos pour en savoir plus sur la dysorthographie

Témoignage sur la dyslexie et dysorthographie

Comment aider un dysorthographique à surmonter ses difficultés ?

Trouble spécifique d’acquisition et de maîtrise de l’orthographe, caractérisé par des inversions de lettres ou de syllabes, par des confusions auditives ou visuelles, par des omissions, par des erreurs de segmentation. Une dysorthographie accompagne une dyslexie dans deux tiers des cas. C’est un trouble des apprentissages. Il ne peut être diagnostiqué que lorsque l’orthophoniste a

Comment traiter la dysorthographie ?

La dysorthographie fait partie des troubles DYS les plus handicapants, car elle touche à la base fondamentale de tout apprentissage : l’écriture. Et ce, qu’elle soit dictée ou spontanée. Une mauvaise assimilation des règles orthographiques ne peut qu’avoir des effets néfastes sur l’avenir de l’enfant dysorthographique dans la mesure où dans ce genre de cas,

Comment repérer la dysorthographie ?

Un enfant médiocre, paresseux et qui ne s’implique pas… Lorsque l’enfant dysorthographique n’est pas reconnu et pris en charge, ses étiquettes lui colleront constamment au front. On lui reprochera tout le temps ses fautes récurrentes et malheureusement flagrantes, surtout s’il semble ne pas avoir tant de difficultés lorsqu’on ne le force pas à écrire ! Chez

Déceler les troubles du langage écrit : les signaux d’alerte !

Sont considérés comme troubles du langage écrit toutes difficultés liées à la capacité d’écrire, mais également de lire de l’enfant. Rarement isolés, ils sont généralement associés à d’autres comorbidités : La dyslexie, trouble de la lecture ; La dysorthographie, trouble de l’orthographe et de l’expression écrite ; La dysgraphie, trouble de l’écriture. La dyscalculie, trouble de l’organisation spatiale,