Pour vous inscrire ou vous connecter : S'inscrire/Se connecter

Comment reconnaître un autisme léger ?

L’autisme est un trouble du neurodéveloppement dont les symptômes affectent le développement des capacités à communiquer de l’enfant et à nouer des relations normales avec d’autres personnes. Leur intensité varie grandement d’un individu à un autre. Asymptomatique jusqu’à 3 ans, l’autisme léger doit faire l’objet d’une attention accrue pour en détecter les signes et, le cas échéant, établir un diagnostic formel.

Connaissez-vous les symptômes de l’autisme léger ?

Qu’est-ce que l’autisme léger ?

Considéré comme un trouble du spectre autistique (TSA) de niveau 1, l’autisme léger est une expression (plutôt qu’un diagnostic) pour décrire un enfant avec des aptitudes verbales et sociales modérément diminuées.

Proche du syndrome d’Asperger, il n’y a, ni atteinte de l’intelligence, ni troubles du langage. Asymptomatique jusqu’à 3 ans, l’autisme léger est davantage observé chez les garçons, mais n’a pas d’ancrage social ou ethnique.

Quels sont les signes d’un autisme léger chez l’enfant ?

Avant l’âge de 3 ans, marquant traditionnellement le début de la socialisation, certains signes d’un autisme léger peuvent alerter les parents comme l’absence d’interactions ou de verbiage pendant ses premiers mois de vie ou de paroles avant ses 18-24 mois…

À partir de 3 ans, les signes s’inscrivent dans un de ces trois domaines :

  • Troubles de la communication : votre enfant ne parle pas correctement, il répète des mots ou phrases à des endroits inadaptés…
  • Troubles d’interaction sociale : votre enfant ne débute jamais une conversation, a du mal à rester concentrer sur le fil d’une discussion ou ne s’approche pas d’autres enfants, ne maintient pas le contact visuel avec eux…
  • Changements de comportement : votre enfant reste focalisé sur un jouet pendant des heures, a des accès de colère, peine à montrer ses sentiments par des gestes…

Pourquoi diagnostiquer l’autisme même léger d’un enfant ?

Un autisme léger n’empêche pas l’enfant de mener une vie normale, il peut avoir une conversation, lire, écrire et être autonome dans ses activités quotidiennes (s’habiller, manger…). Mais sa singularité, tant langagière et sociale que comportementale, peut contribuer à le marginaliser auprès de ses pairs. Une détection précoce lui permettra de recevoir un suivi spécialisé, sans développer de traumatismes psychologiques.

Le cas échéant, sachez que l’autisme léger n’a pas de traitement, mais qu’une prise en charge par des professionnels qualifiés (psychologues, nutritionniste, éducateurs spécialisés…) peut l’aider à tendre vers une certaine « normalité ».

Mieux, une approche pluridisciplinaire permet, ici, d’optimiser cette prise en charge : chaque corps de métier intervenant uniquement dans sa sphère de compétences, tout en offrant un soutien totalement personnalisé à l’enfant.

Aujourd’hui, si les premiers signes de l’autisme apparaissent entre 18 et 36 mois, le diagnostic n’est posé qu’entre 3 et 5 ans[1]. Or, en cas de doutes, il est préférable de consulter immédiatement son pédiatre, pour qu’il puisse évaluer le comportement de votre enfant et écouter vos ressentis en tant que parents. Une fois le diagnostic posé, vous pourrez alors apporter une réponse adaptée à votre enfant !


[1] Source des chiffres : https://www.craif.org/quest-ce-que-lautisme-44

Partagez cet article sur votre réseau social préféré !