Pour vous inscrire ou vous connectez : S'inscrire/Se connecter

Qu’est-ce que le HP ?

HP, ce sont les initiales de Haut Potentiel.

Qu’est-ce que c’est ?

  • Un mode de fonctionnement ?
  • Un Haut Quotient Intellectuel ?
  • Du génie ?
  • Un handicap ?

Le HP a plusieurs appellations et il se peut qu’elles ne veuillent pas dire exactement la même chose… On parle de « zèbres » (Jeanne Siaud Fachin), des HQI/THQI (Haut Potentiel Intellectuel/Très Haut Potentiel Intellectuel), de surdoués (Arielle Adda, Monique de Kermadec, Jean Charles Terrassier), de précoces (essentiellement pour les enfants) ou encore EIP (Enfant Intellectuellement Précoce) et pour finir APIE (Atypique Personne dans l’Intelligence et l’Emotion de Jean François Laurent).

Jeanne Siaud Fachin

Jeanne Siaud Fachin

Arielle Adda

Arielle Adda

Monique de Kermadec

Monique de Kermadec

 

 

 

 

 

Jean-Charles Terrassier

Jean-Charles Terrassier

Olivier Revol

Olivier Revol

Jean Francois Laurent

Jean Francois Laurent

 

 

 

 

 

Si c’est uniquement un mode de fonctionnement cérébral, inutile de passer un test de QI (Quotient Intellectuel) car il est difficile de quantifier un mode de pensée et un comportement qui génère un décalage avec une soit disante « norme » (sujet que nous aurons le plaisir d’aborder dans un prochain article concernant la neurodiversité). Le mode de pensée est en arborescence (Dr Olivier Revol), une idée en amène une autre à chaque instant. Il est rapide et pas toujours rassasié par les réponses trouvées que ce soit dans les livres, grâce à la télévision ou sur internet. Le comportement montre un être hypersensible, souvent émotif avec un sens de la justice exacerbé et une très grande lucidité sur ce qui l’entoure. Un être parfois fragile car très empathique qui peut le conduire à déprimer. C’est aussi une personne qui aura la faculté de se rendre invisible dans le seul but de se fondre parmi les autres afin d’être accepté en société.

S’il s’agit uniquement d’un Haut Quotient Intellectuel, certains spécialistes diront qu’il faut obtenir un minimum de 130 au test de Wechsler (Wppsi IV, Wisc V et Wais IV) et avoir un résultat homogène dans les résultats des indices évalués comme l’indice de compréhension verbale (ICV), l’indice de vitesse de traitement (IVT) etc. Dans ce cas, le fonctionnement émotionnel est peu considéré. D’autres spécialistes sont plus nuancés comme Jeanne Siaud Fachin, Olivier Revol… Ils tiennent compte de l’hétérogénéité des résultats avec parfois des écarts importants entre, par exemple, l’ICV à 146 et une IVT à 94, le QIT (Quotient Intellectuel Total qui est alors calculable mais difficilement interprétable) auquel ils ajoutent le fonctionnement intrinsèque de la personne. Ceux-ci prennent en compte le fait que le QIT n’atteigne pas tout à fait le chiffre de 130 à cause des troubles associés comme les troubles DYS, le TDA/H, l’autisme (si on considère l’autisme comme un trouble, ce sera pour un prochain article). Ils considèrent qu’avec ce type de fonctionnement particulier dénué de comorbidités (les troubles qui l’accompagnent), les personnes obtiendraient largement un QI total de 130 voire davantage et donc les considèrent comme des personnes surdouées, à Haut Potentiel Intellectuel…

Il existe aussi des personnes (sûrement très peu informées et/ou pas formées sur le sujet) qui pensent que le Haut Potentiel, la douance est représentée par uniquement des personnes qui possèdent un QIT élevé (THQI, Très Haut Quotient Intellectuel ou THPI, Très Haut Potentiel Intellectuel), des personnes qui n’ont pas besoin d’apprendre, qui ont une culture générale impressionnante, qui parlent comme les livres, qui sont systématiquement premiers de leurs classes, des enfants qui font tout avant les autres du même âge, bref : des génies ! Cette version est de plus en plus décriée car elle se base essentiellement sur des cas très rares et se fonde sur beaucoup de préjugés.

Pour information, les neurosciences indiquent aujourd’hui que le cerveau humain « … possède, dès la naissance, un talent que les meilleurs logiciels d’intelligence artificielle ne parviennent pas encore à imiter : la faculté d’apprendre » écrit Stanislas Dehaene, il semblerait donc que le haut quotient intellectuel ne soit pas forcément signe d’intelligence (tout dépend de ce qu’on entend par intelligence). Par ailleurs, il s’avère que nous possédons jusqu’à 8 intelligences, « Selon l’approche classique, l’intelligence serait une faculté unique et générale, mesurable par le fameux QI, grâce à des tests. De là à penser que le classement des individus sur « l’échelle de l’intelligence » refléterait la hiérarchie des destins scolaires, professionnels et sociaux, le pas est vite franchi. Or, évaluer chaque individu isolément sur quelques compétences hors contexte n’est plus crédible au regard de la science comme des besoins de la société… Il n’y a pas une forme unique d’intelligence mais plusieurs formes indépendantes dont nous sommes tous dotés dans des proportions extrêmement variables comme le montre la grande variété des profils individuels. » Howard Garner. Si bien qu’en fonction des sujets d’évaluation, des tests, il se peut que le score ne soit pas toujours représentatif des capacités que ce soit intellectuelles, émotionnelles de la personne testée.
Concernant la culture générale, en sociologie, il est précisé qu’en fonction de l’environnement social, une personne évoluera et développera sa culture plus ou moins avec intensité, rien à voir donc avec l’intelligence non plus. Il apparaît nettement que le fait d’avoir un excellent niveau en maths et/ou sciences ne soient pas un gage de douance. Certaines personnes peuvent être uniquement passionnées, adorant cette et/ou ces matières, cultivant ainsi régulièrement son potentiel sur le sujet des données de plus en plus complexes et ainsi leur permettant d’acquérir un excellent niveau. « Oui, la bosse des maths existe ! Enfants ou adultes, calculateurs prodiges ou simples mortels, nous venons tous au monde avec une intuition des nombres. » Stanislas Dehaene. En bref, il semble évident que nous ne puissions pas tenir compte de cette « définition douteuse » puisque tout la réfute.

Stanislas Dehaene

Stanislas Dehaene

Howard Gardner

Howard Gardner

 

 

 

 

 

Pour finir, il y a ceux qui considèrent le HP comme une sorte de handicap parce que le fonctionnement particulier permet difficilement d’être heureux (tout dépend, là encore, où chacun situe le bonheur). Jeanne Siaud Fachin parle de perception sensorielle exacerbée. Ultra sensibles, beaucoup de situations, de moments sont très mal vécus par les personnes concernées par le HP. Le cerveau qui « ne s’arrête jamais, les questions restées sans réponses, les injustices définissent un fonctionnement qui augmentent le stress, l’anxiété, parfois des phobies voir des TOC (Troubles Obsessionnels Compulsifs). Un article sera prochainement publié sur le thème « Le revers de la médaille du HP. Toutefois, certaines personnes réussissent à s’y adapter et vont plutôt « bien » et heureusement !

Trop intelligent pour être heureux ? L'adulte surdoué

Trop intelligent pour être heureux ? L’adulte surdoué

Les surdoués ordinaires

Les surdoués ordinaires

L'échec scolaire, ça se soigne

L’échec scolaire, ça se soigne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors, peut-on affirmer qu’il existe une différence entre l’appellation de Haut Potentiel (forte possibilité de progresser) et celle de Haut Quotient Intellectuel (un chiffre supérieur à 130 à un test de QI) ? Il semblerait bien que oui si nous tenons compte uniquement de la définition de chaque mot, néanmoins, quel que soit la dénomination qu’on donne, celle-ci ne devrait pas être admise comme une différence par rapport à une norme (qui n’existe peut-être pas) à partir de l’instant où nous nous considérons à la fois tous identiques parce que tous humains et différents à la fois grâce à ce qui nous composent comme l’ADN et autres spécificités de la nature. Un sujet passionnant qu’est la neurodiversité que j’essaierais d’aborder avec vous prochainement.

En attendant, voici un petit lexique de toutes les abréviations citées dans cet article :

  • WPPSI IV : Wechsler Preschool and Primary Scale of Intelligence, test pour mesurer le quotient intellectuel, version pour enfant en âge préscolaire.
  • WISC IV : Wechsler Intelligence Scale for Children, version pour enfants et adolescents d’âge scolaire.
  • WAIS IV : Wechsler Adult Intelligence Scale, version adulte.
  • ICV : Indice de Compréhension Verbale
  • IRP : Indice de Raisonnement Perceptif
  • IVS : Indice Visuo-Spatial (nouveauté du Wisc V)
  • IRF : Indice de Raisonnement Fluide (autre nouveauté du Wisc V)
  • IVT : Indice de Vitesse du Traitement (rapidité cognitive)
  • IMT : Indice de Mémoire de Travail (mémoire à court terme)
  • K-ABC-II : Kaufman Assessement Battery for Children. Ce test, (avec les 3 formes de Wechsler) est le plus utilisé, reconnu et validé, en France, par l’Education nationale pour mesurer l’efficience intellectuelle des enfants âgés à 3 ans à 12 ans et 11 mois.
  • Courbe de Gauss (courbe en forme de cloche) représente l’illustration de la « loi normale » sous forme de densités de probabilités.
Courbe de Gauss

Courbe de Gauss

  • Ecart-type : c’est une notion mathématique qui mesure une dispersion de données. Sur l’échelle de Wechsler comme sur le K-ABC, l’écart-type des notes composites est fixé à 15 ; soit 2 écarts-types sont équivalents à 30 points (d’où le seuil retenu de 130 de QI (Quotient Intellectuel) pour parler de douance et inversement le « seuil pathologique » pour parler de déficience intellectuelle à partir de 70 de QI. Lorsqu’on fait référence aux notes standards de chaque subtest des 3 échelles de Wechsler, l’écart-type est de 3. Pour finir, les notes standards vont de 1 à 19 dans chaque subtest.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ici, vous trouverez une liste d’ouvrages que je vous recommande vivement :

L'enfant surdoué

L’enfant surdoué

100 idées pour accompagner les enfants à haut potentiel

L'adulte surdoué à la conquête du bonheur

L’adulte surdoué à la conquête du bonheur

Apprendre !

Apprendre !

Les intelligences multiples

Les intelligences multiples

Be apie

Be apie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Delphine Bessière, pour Dys-Positif

Partagez cet article sur votre réseau social préféré !