Pour vous inscrire ou vous connecter : S'inscrire/Se connecter

Qu’est-ce que l’autisme ?

Vaste sujet puisqu’il est souvent dit « qu’il existe autant d’autisme qu’il existe d’autistes ». Commençons par dire stop aux préjugés du style : c’est une maladie mentale, une déficience intellectuelle, une sorte de folie qui pousse la personne à se cogner la tête contre les murs, qui ne parle pas ou peu et mal, qui se balance

HP et souffrance : halte aux idées reçues !

On entend souvent dire, lors des émissions de télévision, à la radio, ou encore lorsque l’on cherche au rayon HP (Haut Potentiel), les livres concernant le sujet, que les personnes à haut potentiel intellectuel vivraient un enfer. Ce n’est que partiellement vrai  Les personnes ayant un fonctionnement cognitif différent de celui de la majorité de la population peuvent

Haut potentiel et troubles dit « dys » : une difficile identification

Comment identifier le haut potentiel ? L’identification du Haut potentiel intellectuel est communément acceptée lorsque le QIT (Quotient Intellectuel Total) est supérieur ou égal à 130. Ce chiffre devant être mesuré par des échelles normées c’est à dire qui ont fait l’objet d’une vérification scientifique en rapport avec des échantillons de personnes en lien avec leur origine culturelle.

Le syndrome d’Asperger

Il s’avère que l’appellation « syndrome d’Asperger » n’est plus utilisée depuis la publication du DSM-5 en 2013 puisqu’il est inclus dans le trouble du spectre de l’autisme (TSA) et que ses particularités sont précisées au moyen de spécificateurs. Les définitions : « Le Syndrome d’Asperger, handicap invisible, est lié à des anomalies structurelles du cerveau, plus précisément dans

La neurodiversité, dîtes-vous ?

Une autiste militante, Judy Singer, est à l’origine de ce mot repris par un journaliste en 1998-1999, Harvey Blum. En traduction simplifiée ça donne « diversité des cerveaux humains ». Elle représente une variation infinie du fonctionnement neurocognitif de notre espèce : l’être humain. Un concept dont le cerveau serait comme un écosystème dont la biodiversité serait immensément