Trouble d’apprentissage : les aménagements aux examens !

tdah traitementLes enfants DYS sont handicapés par les symptômes de leur trouble. Qu’on le veuille ou non, ils n’ont pas les mêmes chances, les mêmes accès et les mêmes outils que les autres enfants pour exploiter leur potentiel et autant le dire, pour réussir dans la vie.

Les aménagements permettent de compenser leur déficience et leur donnent les mêmes chances ainsi que les mêmes avantages dont bénéficient les enfants « normaux ». Et ils doivent être réalisés aussi bien en classe, pendant les devoirs et les leçons, que pendant les examens !

Votre petit DYS va passer des examens ? Veillez à ce qu’il le fasse dans les meilleures conditions en mettant en place les aménagements nécessaires. Nous vous proposons ici de découvrir comment…

Les conditions pour bénéficier d’un aménagement aux examens

Notez avant tout que les aménagements ne sont pas automatiquement mis en place pendant les examens, et ce, même si le handicap de votre enfant a été reconnu par la Maison Départementale des Personnes handicapées (MDPH) et même s’il bénéficie déjà d’une PPS. Si vous souhaitez qu’il en bénéficie en conséquence, il faudra en faire la demande vous-même. Mais cette requête est soumise à certaines conditions :

  • Votre enfant doit vraiment en avoir besoin, sinon, c’est une pure perte de temps ;
  • Votre enfant doit déjà bénéficier d’aménagements dans son établissement scolaire, ce qui signifie que ses besoins spécifiques ont été reconnus par un PAP.

La reconnaissance de la MDPH n’est pas indispensable pour bénéficier de la mise de certains aménagements pendant les examens. Mais elle pourrait augmenter vos chances de voir votre requête acceptée.

Pour quels examens vous pouvez demander des aménagements ?

Les évaluations faites en classe bénéficient déjà d’aménagements spécifiques, mis en place par l’enseignant lui-même et l’équipe qui travaille en collaboration avec lui. Donc inutile de faire une demande pour ces genres d’examens.

Les examens concernés sont ceux qui sont organisés par le Ministère de l’Education Nationale ou par le Ministère de l’Enseignement Supérieur. Donc, à priori, il s’agit des examens ou des concours en :

  • En second degré : les concours d’entrée au collège, les examens d’entrée en lycée (enseignement général, professionnel ou technologique).
  • En enseignement supérieur : les examens en vue d’obtenir une licence, un master, un BTS, un DUT, etc.

Les démarches à suivre pour faire une demande d’aménagements aux examens

Pour commencer, vous devez retirer le dossier de demande auprès de l’établissement scolaire de votre enfant. Le dossier de demande d’aménagements doit contenir des informations sur son parcours médical ainsi que sur son parcours pédagogique. Il doit être rempli par :

  • Les parents, pour le document candidat ;
  • Le médecin traitant pour la partie médicale ;
  • Le chef d’établissement fréquenté par l’enfant pour la partie pédagogique et scolaire.

Les informations médicales :

  • Un certificat médical délivré par le médecin ou le pédiatre qui suit l’enfant ;
  • Le bilan délivré par l’ergothérapeute ;
  • Le bilan orthophonique.

Chaque document devra expliciter de manière très claire les impacts du trouble d’apprentissage sur la vie scolaire de l’enfant et sur l’intérêt d’un aménagement pendant les examens.

Les informations scolaires :

  • Les détails sur le trouble d’apprentissage, ainsi que sur les aménagements matériels et pédagogiques dont l’enfant bénéficie déjà dans l’établissement qu’il fréquente ;
  • Les détails sur les dispositifs dont l’enfant bénéficie : PPS, PAP… que vous pourrez retirer auprès du chef de son établissement.

Les aménagements dont l’enfant DYS peut bénéficier pendant les examens

Plusieurs aménagements sont possibles, mais leur mise en place va dépendre des besoins de l’enfant suivant les détails et les justifications évoquées dans le dossier de demande.

La majoration de temps

hyperactivitéSi votre enfant souffre d’un trouble d’apprentissage ralentissant ses capacités, comme la dyslexie qui peut entraîner une grosse lenteur dans la lecture du sujet, il peut effectivement bénéficier d’un temps supplémentaire pour compenser.

Communément appelé « 1/3 temps » dans le jargon, comme son nom l’indique clairement, cette majoration représente le tiers du temps généralement prévu pour l’épreuve. Autrement dit, si la durée initiale est de 3h, l’enfant DYS bénéficiera d’une heure en plus. Donc lui, fera ladite épreuve en 4h !

Bien entendu, cette majoration du temps va perturber l’organisation horaire initiale, commune à tous les candidats. Quelques aménagements vont donc être réalisés là aussi pour que l’enfant DYS puisse avoir également des temps de pause d’au moins une heure entre deux épreuves d’une même journée. Il est donc très probable qu’il commence l’examen avant les autres candidats.

La mise à disposition de matériels adaptés

Si votre enfant a l’habitude d’utiliser des outils et des matériels spécifiques pour travailler dans l’établissement qu’il fréquente, des matériels informatiques en l’occurrence, il est également possible d’en mettre à sa disposition pendant les examens. Mais cette prérogative est soumise à quelques conditions :

  • L’enfant qui souffre de trouble d’apprentissage doit être familier avec les outils informatiques ;
  • Le matériel informatique utilisé en classe (ordinateur et/ou logiciels) doit normalement faire l’objet d’un PPS ou d’un PAP ;
  • L’utilisation de matériels informatiques a été recommandée par un spécialiste (ergothérapeute ou orthophoniste).

Les logiciels de traitement de texte et de correction orthographique sont acceptés à condition qu’ils ne soient pas utilisés dans les activités littéraires comme la dictée.

L’assistance humaine

Selon les besoins de l’enfant victime de trouble d’apprentissage, il peut également bénéficier de l’aide d’une tierce personne pour :

  • La lecture : la personne aura pour rôle de lire le texte, l’énoncé et les consignes à sa place afin de compenser sa lenteur.
  • L’écriture : la personne aura pour rôle d’écrire les réponses dictées par l’enfant DYS

Cet aménagement un peu particulier n’est accordé qu’aux enfants ayant de sévères troubles du langage oral. Et il est à noter que l’assistant ne pourra, en aucun cas, intervenir pour expliquer, commenter ou corriger la participation de l’enfant, que cela soit à l’oral ou à l’écrit. Il se contentera de lire ou d’écrire, sans reformuler les consignes et sans corriger la syntaxe ou le vocabulaire de l’enfant, pour une transcription fidèle de ses compétences.

Les autres aménagements possibles

Les fonctions exécutives englobent les processus cognitifs d’ordre supérieur, nécessaires à l’exécution de comportements dirigés vers un butToujours suivant les informations données dans la demande et les besoins réels de l’enfant DYS, tel que décrit par les spécialistes dans la conclusion de leur bilan, l’enfant pourra également bénéficier de traitements différents :

  • La possibilité de bouger, de changer de position ou de faire une pause par exemple pour les enfants souffrants de TDAH ;
  • La possibilité de faire des schémas ou des croquis à la place de la rédaction par exemple, pour les enfants ayant un trouble du langage écrit et ceux, souffrant de dyspraxie ;
  • La possibilité de diviser les épreuves en plusieurs sessions au cours de la même année.