Ritaline effets secondaires : les dangers sur le long terme !

ritaline effets secondairesEn termes de médication pour le traitement du trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité, la Ritaline est sans doute la plus connue, la plus prescrite, mais également la plus vendue sur le marché pharmaceutique. Reconnue pour son efficacité et pour les effets plus que positifs qu’elle apporte aux enfants hyperactifs qui la prennent, comme tout médicament, celle-ci ne fait pas exception à la règle et ses compositions chimiques peuvent également provoquer des effets indésirables sur le long terme.

Quels sont ces effets secondaires ? Sont-ils dangereux ? Les questions et les doutes soulevés par l’utilisation de la Ritaline sont aujourd’hui nombreux ! Malheureusement, il est difficile de faire la différence entre les suppositions et la réalité tant il fait l’objet de nombreuses idées reçues !

La Ritaline peut-elle constituer un danger à la longue ? Quels sont les effets indésirables les plus risqués de ce médicament ? Dans cet article, nous allons essayer d’apporter une réponse à toutes vos questions sur les effets secondaires de la Ritaline.

Ritaline effets secondaires : les conséquences mineures

Avant de vous citer les conséquences mineures de la prise de ce médicament, notez avant tout que la Ritaline est un psychostimulant. Contenant du méthylphénidate, un psychostimulant reconnu comme étant un « stupéfiant », elle se présente généralement sous la forme de comprimés délivrés à diverses doses selon les prescriptions du médecin.

Elle est utilisée essentiellement dans les cas de troubles du déficit de l’attention sévères, avec ou sans hyperactivité et ce, chez les enfants à partir de 6 ans et les adolescents jusqu’à 18 ans. Elle est prise dans l’objectif d’améliorer la concentration de l’enfant hyperactif à l’école, de diminuer son impulsivité et de réduire parallèlement son hyperagitation.

À noter que ce médicament existe et est commercialisé sous ordonnance médicale depuis une vingtaine d’années maintenant.

Les effets secondaires les plus fréquents

Jouons la carte de la franchise, la Ritaline provoque bel et bien des effets secondaires, mais c’est le cas de tous les médicaments. Selon la dose prescrite et le degré de tolérance de l’enfant traité, dans 10 % des cas, elle est susceptible de provoquer des maux de tête, des troubles du sommeil et de l’agressivité.

Ces symptômes ne sont pas graves en soi, il faut l’avouer. Et ils disparaissent généralement d’eux-mêmes au bout de quelques jours. Dans le cas contraire, s’ils persistent, le médecin peut décider soit d’ajuster la dose en la diminuant soit d’arrêter définitivement le traitement.

Les effets secondaires fréquents

tdah traitementChez un patient sur dix, la Ritaline est susceptible de provoquer des douleurs au niveau des articulations, de la fièvre, de la somnolence, une sécheresse de la bouche, des maux de gorge, de la toux, des sensations de vertige, des diarrhées, des nausées, des vomissements et éventuellement des douleurs abdominales.

Il s’agit cependant de symptômes courants en début de traitement. Quelques gestes au quotidien comme la prise de médicament au milieu du repas suffisent généralement pour les soulager. Par ailleurs, une fois le corps de l’enfant habitué au médicament, ils peuvent disparaître naturellement.

La Ritaline et la modification des caractères et de la personnalité

Il peut également que la Ritaline provoque chez l’enfant une modification des caractères et de l’humeur. Certains enfants démontrent une nette amélioration au niveau de l’attention et de la concentration, mais semblent plus agressifs, plus sujets à la colère.

Ils peuvent également développer des tics, des allergies, une douleur dans la poitrine, ainsi que des pensées suicidaires et peuvent également souffrir d’hallucinations (impression d’entendre ou de voir quelque chose), mais cela est peu fréquent, car n’est rencontré que sur 1 cas sur 100.

Dans tous les cas, si après quelques un ajustement du traitement il n’y a aucune amélioration, le médecin et les parents évalueront le rapport avantage/inconvénient du traitement, et donc l’intérêt ou non de le continuer.

Ritaline effets secondaires : les conséquences majeures

Entre 2006 et 2011, sur une dizaine de milliers de personnes traitées, les centres de pharmacovigilance français ont rapporté plus de 400 effets secondaires de la prise de Ritaline. Bien entendu, ils ne sont pas tous considérés comme présentant un risque pour la santé voire même la vie de la personne traitée. Par ailleurs, il n’est pas prouvé à ce jour qu’ils ont été tous causés par la prise de Ritaline. Les effets secondaires cités ci-dessous sont en conséquence uniquement ceux qui se sont avérés avoir des relations directes avec ce traitement.

La Ritaline et les problèmes cardiovasculaires

Chez certains patients, la Ritaline peut provoquer une hyperstimulation du système cardiovasculaire et aurait ainsi pour conséquence des palpitations, une augmentation de la pression artérielle ou une diminution des globules rouges et des globules blancs.

Néanmoins, ces effets indésirables sont très rares, pour vous dire, on ne les rencontre que sur 1 cas sur 1000 ! Ils sont donc modérés et jusqu’à ce jour, aucune preuve scientifique n’a démontré que leur persistance si l’on continue le traitement bien sûr, peut s’avérer fatale pour l’enfant traité. Néanmoins, l’augmentation des risques d’accident vasculaire cérébral ou d’infarctus à l’âge adulte n’est pas à écarter à l’âge adulte dans le cas d’un traitement prolongé. Voilà pourquoi, la Ritaline n’est prescrite qu’aux enfants et aux adolescents.

Par ailleurs, la palpitation qui est une perception anormale des battements cardiaques n’est pas un danger en elle-même. Toutefois, elle doit quand même être signalée au médecin traitant.

Ritaline effets secondaires : le retard de croissance

Comme dit précédemment, la Ritaline est un psychostimulant. Au même titre que toutes les substances contenant des amphétamines, elle agit comme un coupe-faim ce qui induit tout logiquement une perte de poids et subséquemment un ralentissement au niveau de la taille. Les chiffres indiquent ainsi que les enfants traités avec ce médicament affichent un retard de croissance de quelques kilos (3 à 4) et de quelques centimètres (1 à 2) par rapport aux autres.

Toutefois, si malgré le traitement, l’enfant ne souffre pas de pertes d’appétit ce qui est fréquent, il peut ne pas souffrir de ce ralentissement de croissance et grandir normalement comme ses camarades.

Les autres effets secondaires de la Ritaline

Dans un cas sur 10 000, la Ritaline peut également provoquer des crises de convulsions ou d’épilepsie, une desquamation de la peau, l’apparition de spasmes musculaires incontrôlables ou tics au niveau des yeux, du cou, de la tête en raison d’un ralentissement de l’arrivée du sans dans le cerveau, des troubles de la vision, des troubles de la parole, un affaiblissement du système immunitaire, des douleurs dans la poitrine, des évanouissements soudains et inexpliqués, et rarement, une accoutumance et une dépendance au traitement.

La Ritaline, la drogue des enfants ?

TDA sans hyperactivitéDans la mesure où elle contient des amphétamines qui sont quand même répertoriées dans la liste des « stupéfiants », la Ritaline est souvent surnommée « la drogue des enfants ». À tort ou à raison ? Les avis de l’ensemble de la communauté médicale sont divisés, voilà pourquoi il est difficile de statuer sur la question.

Selon le Docteur Dominique Dupagne, médecin généraliste, « La Ritaline est une béquille chimique qui permet à certains enfants de s’adapter à des contraintes très dures pour eux. Ces enfants… sont porteurs d’un caractère fait pour le mouvement, l’espace, la liberté de bouger, d’essayer, d’expérimenter, de créer, d’inventer. Cela fait d’eux des enfants encombrants, dérangeants et finalement rabroués en permanence ». Mais il ajoute également « Ce médicament… calme et rend attentif certains d’entre eux… Mais fondamentalement, il s’agit d’un artifice qui ne soigne rien, et qui permet de s’adapter à un système normalisant qui, lui, ne s’adapte pas à ses enfants ».

TDAH – Trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité – TDAH



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à l’utilisation de cookies. En savoir plus

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer