Hyperactivité chez l’enfant : voici quelques phrases magiques !

hyperactivité chez l'enfantL’enfant hyperactif est adorable, à n’en pas discuter ! C’est l’enfant le plus attachant que vous ayez rencontré, il n’y a pas photo ! En dépit de ces troubles du comportement, il se met rarement en colère et l’avez-vous remarqué ? Il n’est pas rancunier ! De par sa capacité à passer d’une chose à une autre, il pardonne aussi vite que la personne qui l’a blessé s’excuse.

Mais avouons-le, ce petit ange n’a pas que des qualités ! Il peut même se montrer très diabolique parfois, si bien que vous avez l’impression qu’il passe son temps à vous exaspérer ! Il faut toujours lui répéter les choses, mais est-ce qu’il vous écoute au moins ? Rien n’est moins sûr !

Et pourtant… contrairement à ses frères et sœurs, les remontrances ne fonctionnent pas avec lui ! Et les sermons répétitifs n’ont de même aucun effet ! Il n’y a pas moyen de le rendre plus attentif et moins distrait avec les critiques et les punitions. Bien au contraire, on dirait que ces dernières ne font qu’empirer encore plus ses symptômes !

Alors que faire ? Il se trouve que ce petit être capable de chambouler votre vie tout entière depuis qu’il est né est très sensible aux remarques ! Et particulièrement, si celles-ci sont positives ! Vous voulez le motiver ? Vous voulez qu’il vous obéisse ? Vous voulez qu’il s’améliore ? Les phrases que nous vous proposons aujourd’hui, dont « magiques ». Vous seriez étonné de voir leurs effets sur l’hyperactivité chez l’enfant !

Félicitation ! Tu as réussi !

« Félicitation », ce petit mot de cinq syllabes représente beaucoup pour un enfant hyperactif. Il est rare qu’il reçoive des compliments en effet. À l’école, son impulsivité et son hyperactivité font de lui un petit paria, il est celui que les autres ne veulent pas dans leur groupe, celui dont le caractère n’est pas vraiment apprécié, celui avec qui les autres ne veulent pas jouer, mais surtout, celui que l’enseignant ne complimente jamais.

Mais l’avez-vous remarqué ? Lorsque vous lui demandez de faire quelque chose et que vous le remerciez, ne devient-il pas enthousiaste ? Il va même jusqu’à vous demander s’il peut faire autre chose pour vous !

Le fait est qu’il n’en reçoit pas beaucoup, l’envie d’en recevoir encore le poussera et le motivera à continuer dans cette voix. Aussi, à chaque effort, même minime, ne soyez pas avare en compliment. Son incapacité à se concentrer limite ses chances de succès même face à une tâche anodine, contrairement aux autres enfants. S’il la réussit en conséquence, c’est parce qu’il aura fourni beaucoup d’efforts pour cela. Soyez reconnaissant et félicitez-le ! Vous verrez, ça va le booster !

« Je suis fière de toi et tu peux l’être également ! »

tdah symptômeVous l’aurez sans doute remarqué, depuis qu’il est en âge d’analyser un peu le comportement d’autrui, il commence à comprendre qu’il est différent des autres. Plus il fera face à des échecs dans sa vie, aussi bien scolaire que courante, plus il doutera de ses capacités, de sa « normalité ».

S’il ne vous l’a pas encore dit, il vous dira certainement « Tu sais maman, je ne suis pas très intelligent » ou « mais maman, je ne sais pas faire ça » ou encore, « je ne pense pas que je sois capable de faire ça », etc. Ce qui est tout à fait normal, l’hyperactivité chez l’enfant s’accompagne toujours d’une piètre opinion de soi !

La bonne nouvelle, c’est que vous, en tant que parent, vous pouvez y remédier ! En le félicitant, vous lui faites comprendre qu’il n’est pas « le nul » qu’il est convaincu d’être et qu’il n’est pas « aussi naze » qu’il ne le pense !

« C’est toi qui as fait ça ? Mais c’est très bien ! Je suis étonné ! »

Le problème avec les méthodes pédagogiques d’aujourd’hui, c’est qu’elles se concentrent essentiellement sur ce qui ne va pas. Dans la production écrite d’un dysorthographique par exemple, compte tenu de son handicap, on ne devrait pas le pénaliser pour les fautes qu’il fait. Et pourtant, les évaluations ne se basent que sur ce qui saute aux yeux, sans chercher en profondeur les compétences dont l’enfant fait preuve de son devoir, comme la richesse de son idée ou la variété de ses argumentations ni même le sens de ce qu’il écrit !

C’est exactement la même chose avec l’enfant hyperactif ! Il est pénalisé parce qu’il n’est pas arrivé à bout de son long devoir, alors qu’il aurait pu le terminer si ledit devoir était plus court que celui des autres élèves ! Ce qui signifie que l’on voit rarement ses compétences parce qu’on ne lui donne pas les moyens nécessaires pour qu’il puisse les montrer !

C’est là que les parents entrent en jeu ! Vous l’aideriez beaucoup en reconnaissant ses compétences et ses capacités, en lui montrant que contrairement aux autres, vous voyez ses qualités et les potentiels qu’il a. Et ce, dans tous les domaines de sa vie : ses idées, ses avis, ses créations, ses projets, etc.

« Je sais que tu peux y arriver ! »

Le doute, la peur… sont des sentiments associés à l’hyperactivité chez l’enfant. Chaque tâche, chaque activité est un vrai défi pour lui, en particulier si celle-ci est nouvelle. Il appréhende de ne pas pouvoir réussir, il redoute un nouvel échec, il a peur de ne pas être à la hauteur… Et tout cela, parce que jusqu’ici, tout ce qu’il a entrepris s’est soldé par un échec cuisant !

trouble émotionnelIl est donc normal qu’il doute de ses capacités, qu’il ne croit pas en lui. Il arrive même parfois qu’il ne soit pas au fait de tout ce qu’il est vraiment capable de faire, et qu’il passe à côté de potentiels cachés qui ne seront donc jamais exploités !

Pour éviter cela, il revient au parent, à défaut des enseignants, d’y remédier ! Comment ? Avec une phrase comme « Je sais que tu peux y arriver », vous pouvez lui montrer que vous croyez en lui. Croyez-le, cela vaut bien plus que mille encouragements pour lui !

TDAH – Trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité – TDAH