Dyspraxie verbale : comment la déceler

Facebooktwitterpinterest

dyspraxie verbaleParler semble à priori facile. Mais en réalité, dernière l’articulation d’un son et donc toute parole, c’est tout un système semi-automatique qui se met en œuvre. Ce système a trois composants principaux : le fonctionnement articulatoire, perceptif et acoustique.

Dans le cas d’une dyspraxie verbale, c’est l’aspect articulatoire qui est touché. Alors que chez une personne normale, la synchronisation de tout le mécanisme permettant de produire des sons ou des mots tels que la langue, les lèvres, le souffle, la force… est préprogrammé dans le cerveau, chez le dyspraxique, il y a une défaillance au niveau de cette coordination. Pour pouvoir parler en conséquence, il doit remédier à ce déficit en fournissant beaucoup plus d’efforts.

Trouble du langage peu fréquent, la dyspraxie est due à une incapacité chez l’enfant à maitriser, planifier et organiser les mouvements de sa bouche lorsqu’il articule. Le résultat :

  1. Il a du mal à produire des sons ou des mots ;
  2. Il a du mal à parler correctement ;
  3. Il a du mal à réaliser des tâches simples avec la bouche comme tirer la langue, souffler une bougie, etc.

Votre enfant n’arrive pas à parler naturellement ? Il a des difficultés à produire des sons correctement ? Voici les signes qui vous permettront de déceler une dyspraxie verbale…

Les troubles associés à la dyspraxie verbale

La dyspraxie verbale se manifeste par :

  • Des troubles moteurs verbaux
  • Des troubles moteurs non verbaux
  • Des troubles du développement

Les troubles moteurs verbaux

Les premiers signes indicateurs d’une dyspraxie verbale sont associés à des troubles au niveau phonétique et phonologique. Généralement, ils se manifestent par :

  • Une difficulté chez l’enfant à dire correctement les consonnes et les voyelles. Il a donc du mal à prononcer une syllabe ou un mot souvent utilisé sans faire des erreurs.
  • Une dissociation automatico-volontaire, qui se traduit par le phénomène du mot perdu/acquis. Le dyspraxique est incapable de reproduire correctement un mot en imitation ou sur demande, alors qu’il peut le dire sans faute spontanément.
  • Une discontinuité entre les syllabes qui se manifeste par une tendance à allonger un phonème ou à couper le mot entre deux syllabes.
  • Une prosodie inappropriée, qui se manifeste par une incapacité à maitriser le ton, l’intonation, l’accent, l’accentuation, l’intensité et la modulation de la voix en adéquation avec ses émotions ou l’importance qu’il souhaite donner à sa parole.

dyspraxie verbale développementaleLes troubles moteurs non verbaux

Un enfant souffrant de dyspraxie verbale peut également présenter des troubles moteurs qui ne sont pas liés à la parole, mais plutôt à la capacité à maitriser et à organiser des gestes liés aux muscles de l’ensemble du système oratoire. Cette défaillance au niveau de la praxie-buccofaciale et linguale se manifeste par :

  • Une difficulté à exécuter des gestes simples comme la succion, la déglutition, les grimaces, le soufflage d’une bougie, etc.
  • Une difficulté à respirer correctement, ce qui se traduit par des étouffements légers ou des toux pendant la prise de parole ;
  • Une salivation excessive due à une défaillance au niveau du système salivaire pendant que l’enfant parle ou pendant l’exécution d’une activité motrice ;
  • Un écart important entre le langage réceptif et le langage expressif, c’est-à-dire entre la capacité de compréhension et la capacité de production de la parole.

Les troubles du développement

La dyspraxie entraîne a forcément des répercussions sur la vie sociale de celui ou celle qui en souffre, mais également sur son développement. Vous pourrez facilement reconnaître l’enfant dyspraxique par :

  • Sa tendance à s’isoler, à se tenir à l’écart des autres, mais surtout à éviter toute situation où il doit parler ;
  • Sa timidité excessive, surtout s’il se trouve dans une situation qui ne lui est pas familière ;
  • Sa difficulté à se faire comprendre par la parole, et ce, qu’il soit en face d’un locuteur familier ou étranger ;
  • Son besoin de s’exprimer par des gestes ou par le biais d’une tierce personne comme interprète pour communiquer ;
  • Sa souffrance face à des jeux imbriqués ou de séquence.

Les symptômes concrets de la dyspraxie verbale

Les symptômes varient selon le type de dyspraxie et son origine : congénitale ou développementale.

Dans le cas d’une dyspraxie verbale congénitale

Si l’enfant est né dyspraxique, les premiers symptômes peuvent se manifester dès le plus jeune âge. Le trouble est envisageable si :

  • Votre enfant a des difficultés dans la succion, un réflexe qui devrait être inné chez tout nouveau-né ;
  • Contrairement aux enfants de sa classe, donc du même âge que lui, il babille moins ou pratiquement jamais ;
  • Il ne participe voire évite les jeux vocaux ou impliquant l’utilisation de la bouche ;
  • Son répertoire phonologique et phonétique est fréquemment incomplet, par rapport à la normale. Il omet souvent des consonnes ou des voyelles, ou les deux ;
  • Il a du mal à dire correctement les mots. Il a tendance à les couper entre deux syllabes.

dyspraxie symptômesDans le cas d’une dyspraxie verbale développementale ou acquise

Lorsque la dyspraxie est apparue soudainement après la naissance de votre enfant, vous pourrez la soupçonner si malgré son âge avancé :

  • Votre enfant a la fâcheuse tendance à simplifier des mots ou des syllabes, voire à les remplacer par des mots moins complexes ;
  • Il commet encore des erreurs phonologiques non négligeables comme la distorsion de voyelles, l’omission de consonnes, etc.
  • Il présente des difficultés importantes dans la production de syllabes et de mots et fait encore des erreurs d’articulation, de voisement et de nasalité ;
  • Il a du mal à imiter ou à répéter un mot ou une parole lorsqu’on le lui demande ;
  • Il a du mal à dire des phrases longues et complexes ;
  • Il a du mal à communiquer avec les autres, en particulier avec les étrangers ;
  • Il est obligé de faire plusieurs tentatives avant de trouver le bon mouvement articulatoire nécessaire à un mot.

À noter que la dyspraxie verbale ne se manifeste pas obligatoirement de manière similaire chez tous les enfants concernés.

De même, ces informations sont données à titre indicatif, elles ne peuvent en aucun cas se solder par un diagnostic. Si votre enfant présente ces symptômes, consulter un orthophonique, seul spécialiste à même d’établir et de confirmer la présence du trouble dyspraxique.

Dyspraxie: Comment aider un enfant dyspraxique ?

Facebooktwitterpinterest

2 commentaires sur “Dyspraxie verbale : comment la déceler

  • 4 juillet 2016 at 2 h 04 min
    Permalink

    C’est une des formes les plus graves de la dysphasie. Il est alors impossible a l’enfant qui souffre de ce trouble de reconnaitre un objet ou un lieu par le son qui le caracterise, tel que le bruit de l’eau, le son caracteristique d’une ambiance telle qu’une rue animee, le bruit d’un avion, etc. Cette dysphasie s’appelle « surdite verbale » lorsqu’elle est particuliere aux sons.

  • 24 mars 2017 at 16 h 37 min
    Permalink

    Mon petit-fils souffre de dysplasie verbale, je cherche des exercices à faire qui pourraient l’aider.
    Il a dix-sept ans, il veut beaucoup s’améliorer, je n’ai pas l’argent pour des professionnels. Des exercices de diction et de prononciation seraient-ils bénéfiques.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à l’utilisation de cookies. En savoir plus

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer