Dyspraxie : comment présenter un document ?

dyspraxie documentsIncapable de maîtriser la coordination et la programmation de l’automatisme des gestes volontaires, l’enfant qui souffre de dyspraxie a une stratégie du regard déficiente. Ses yeux ne peuvent effectivement pas effectuer des balayages et des saccades correctement, ce qui rend la lecture et l’écriture particulièrement ardues.

Pour lui faciliter la tâche, vous pouvez, en accord avec son enseignant, adapter les documents qu’il utilise à son handicap. Comment ? Découvrez ci-dessous comment présenter les documents adaptés aux enfants dyspraxiques.

Optez pour un support épuré

En règle générale, il est plus facile d’enseigner quelque chose à un enfant lorsqu’on utilise des images à l’appui. Avec un enfant souffrant de dyspraxie visuo-spatiale malheureusement, ce n’est pas le cas. Incapable de coordonner geste et regard dans l’espace, il aura du mal à assembler plusieurs éléments éparpillés pour qu’ils puissent former une seule chose. Il lui sera donc difficile de comprendre ce que contient un document si les informations sont dispersées.

Comment y remédier ? Une seule information à la fois, tel est votre mot d’ordre ! À la place des supports animés, préférez-les épurés. Qu’il s’agisse de leçons ou d’exercices, demandez à l’avance les documents nécessaires à l’enseignant et supprimez tout ce qui n’est pas nécessaire : illustration, image, filigrane, lettrine, etc. Allégez la page au maximum.

Privilégiez l’affichage simple et aéré

Cela semble ne pas avoir d’importance chez un enfant normal et pourtant, la différence peut être flagrante chez un enfant qui souffre de dyspraxie. Les saccades oculaires, censées lui permettre de poser son regard au bon endroit, sont effectivement défaillantes, car il ne peut pas les maitriser. Anarchiques, les « petits bonds » réalisés par ses yeux font qu’il lui est impossible de fixer l’indice visuel qu’il faut au moment opportun. Résultat : il peut sauter des lettres, des syllabes, voire des mots.

dyspraxie présentationComment remédier à cela ? Veillez à ce que le document soit bien aéré !

Pour l’aider à se concentrer et mieux se repérer, mettez des espaces bien visibles entre chaque mot et chaque phrase. N’hésitez donc pas à faire des doubles espaces. Veillez également à espacer les lignes. Le minimum requis pour l’interlignage est de 1.5 pour les enfants dyspraxiques.
Utilisez des documents où l’écriture est scriptée et non-cursive. Pour cela, demandez à l’orthophoniste quelle police (type et taille) est la plus adaptée à votre enfant et appliquez-les pour tous les documents que vous recevrez de l’enseignant. Normalement, la police Arial est la plus recommandée, de la taille 20 mais il faut noter que chaque cas est différent. Pour trouver l’adaptation qui convient le mieux à votre enfant, informez-vous auprès de son orthophoniste ou de son ergothérapeute.

Placez des repères

Votre enfant a besoin d’un document peu complexe, mais si celui-ci est trop uniforme, il pourrait s’y perdre aussi. Même un adulte peut se perdre dans la lecture lorsque les lignes sont linéaires et les pages, trop fournies. Voilà pourquoi, pour l’aider à se repérer, faites en sorte que les informations soient contrastées.

Concrètement, vous pourrez, par exemple, alterner la couleur des lignes : surligner en bleu le premier, en vert le deuxième, en rose le troisième, en jaune le quatrième et ainsi de suite. Cela va l’aider à suivre l’information jusqu’au bout, sans sauter de mots et sans perdre de ligne. Cela lui permettra également de comprendre qu’une fois la couleur changée, il doit passer à la suivante.

Toutefois, ne dépassez pas 4 couleurs différentes, cela pourrait perturber sa concentration. N’hésitez pas aussi à demander l’avis de votre enfant sur l’affichage qui lui convient le mieux.

En gros, la présentation pourrait être comme suit :

Présentation I

DYS

Présentation II

DYS

Gardez une présentation constante

Bien plus que les autres, l’enfant dyspraxique a besoin de constance et de stabilité. Pour qu’il puisse prendre ses repères, s’habituer et gagner en automatisme, ne changez pas la présentation de ses documents. En changeant constamment d’affichage, vous allez perturber ses habitudes, les repères qu’il s’est déjà construits. Tous les efforts qu’il aura fournis et que vous aurez faits seront alors inutiles, car il faudra reprendre depuis le début.

Pour éviter cela, adoptez une présentation fixe, qui pourra s’adapter à n’importe quelle activité et que vous ne serez pas obligé de changer ou d’adapter à chaque fois.

Un exercice à la fois !

Ne surchargez pas la page. Pour chaque document, limitez-vous à un ou deux exercices, pas plus. Et séparez chaque exercice par un trait bien visible au milieu. Vous l’aiderez ainsi à mieux s’organiser.

dyspraxie présentation documentsEn résumé, pour faciliter la lecture et la compréhension des exercices et des leçons de votre enfant, en accord avec son enseignant, adaptez ses documents comme suit :

  • Document au format A3.
  • Police Arial, Taille 20.
  • Interligne 1.5 minimum.
  • Double espace entre les mots.
  • Saut de lignes systématique.
  • Alternance de 3 couleurs pour chaque ligne.
  • 1 ou 2 exercices par document.

Les outils

Si l’enseignant vous passe des documents “papiers”, pas de panique ! Il existe aujourd’hui des logiciels de reconnaissance optique de caractères, plus connus sous l’appellation “OCR” qui vous permettra de les transformer en fichier texte une fois que vous les aurez scannés. Par la suite, vous pourrez facilement procéder à la mise en page en suivant les instructions ci-dessus.

Si l’enseignant propose des fichiers numériques, à la bonne heure ! Vous n’aurez qu’à vous munir d’une clé USB. Après, vous n’aurez plus qu’à arranger le document en modifiant ce qui doit être modifié, en ajoutant ce qui doit être ajouté et en supprimant ce qui doit l’être et le tour est joué !

Les logiciels

Si vous voulez gagner du temps, vous pouvez également utiliser les nombreux modèles Word proposés actuellement en ligne. Compatibles avec une grande partie des versions du logiciel de traitement de texte, ces modèles mettent à votre disposition tout un panel d’outils permettant d’adapter vos pages.

Vous pourrez également utiliser la macro de Charles. Intégré à la plupart des modèles Word et compatible avec Open Office, cet outil, très pratique, permet d’adapter un document Word au format de base recommandée pour les dyspraxiques en seulement quelques clics !

Dyspraxie: Comment aider un enfant dyspraxique ?