Dyslexie et lecture : comment la préparer ?

dyslexie lectureLire est difficile, éprouvant et fatigant pour le dyslexique. Sa lecture est souvent fausse, hachurée et extrêmement lente, si bien qu’il se livre très peu à ce genre d’exercices.

Avant la lecture, vous devez donc faire en sorte que tous les éléments soient réunis pour que l’enfant dyslexique se sente à l’aise pendant le déchiffrage. Cela implique une révision en tête à tête à l’avance, si cela s’avère nécessaire et incontestablement, l’adaptation du document à déchiffrer.

Les nouveaux mots

La première chose que vous pourrez et devrez faire, c’est donc de repérer les nouveaux mots, c’est-à-dire les mots inhabituels et très peu rencontrés par l’enfant, dans le document. Une fois que vous les aurez notés, il faudra prendre l’élève à part et lui apprendre à les déchiffrer.

L’objectif est d’éviter qu’il ne bute sur ces derniers pendant la lecture et ne soit mal à l’aise. Et ce, pour lui épargner justement un éventuel traumatisme face à cette activité qu’il sera, certainement, amené à faire plusieurs fois encore durant son parcours scolaire.

Les exercices

Surprendre un enfant souffrant de dyslexie est impardonnable. Étant donné ses difficultés, lui demander de lire sans qu’il ait eu la possibilité de se préparer psychologiquement, intellectuellement et matériellement est carrément un crime, surtout si l’exercice est à faire devant toute une classe. Blocage face à la lecture assurée !

Pour éviter le pire, vous devez donc le prévenir à l’avance et l’aider à s’entraîner. Voici quelques idées d’exercice qu’il pourra faire aussi bien à l’école qu’à la maison, avec son enseignant ou ses parents :

  • La lecture à deux
  • La lecture alternée
  • L’écoute audio

La lecture à deux

L’exercice consiste à lire simultanément avec l’enfant et tout au long, à corriger son débit, à lui apprendre les mots complexes et à répéter les passages difficiles. Et ce, tout en respectant, voire en adoptant, son rythme à lui. C’est très important.

Vous pourrez, par la suite, proposer une lecture individuelle si vous jugez qu’il est prêt à essayer. Et pendant celle-ci, vous procéderez encore à la correction, à l’apprentissage et à la répétition si cela est nécessaire. Pendant qu’il lit, n’hésitez donc pas à le couper pour ralentir son débit s’il lit trop vite ; à faire répéter les mots sur lesquels il bute et à relire avec lui les passages qui vous ont paru hachurés. Plus il s’exercera, mieux ce sera.

dyslexie exercicesLa lecture alternée

L’exercice consiste notamment à lire à tour de rôle le document : l’adulte d’abord et l’élève après ou l’inverse. L’objectif est de pouvoir repérer les erreurs de l’enfant afin de le corriger à posteriori, mais également de lui permettre d’avoir un exemple et de s’y référer.

Est-ce possible ? Il faut savoir que le dyslexique est loin d’être idiot ! Son incapacité à déchiffrer les lettres ne vient pas d’une déficience intellectuelle, mais d’un automatisme que malheureusement, il ne possède pas. Instinct de survie oblige, il est tout à fait capable d’utiliser tous les moyens à sa disposition (mémoire, intelligence, etc.) pour mettre en place des stratégies qui lui permettront de contourner ses difficultés.

Vous remarquerez d’ailleurs, au fur et à mesure qu’il grandit, et quel que soit le trouble d’apprentissage dont il souffre, qu’en sus des conseils et des consignes qu’on lui aura données tout au long de sa vie, l’enfant développera aussi ses propres méthodes  d’adaptation et d’apprentissage (mémorisation, substitution, élimination…). Preuve qu’il est bien plus malin que ne laissent croire ses résultats !

Autrement dit, à défaut de pouvoir réellement décoder, il peut imiter comment on prononce tel ou tel mot, comment un passage a été lu, etc. Le plus grand défi est de s’assurer qu’il comprenne le sens de ce qu’il dit au moment de la lecture.

L’écoute audio

L’utilisation de supports audio peut également être très bénéfique. Car, force est d’admettre que la présence d’une tierce personne, qui qu’elle soit, peut ajouter au stress de l’enfant et rendre la pratique de la lecture encore plus difficile.

Pour l’aider à se préparer, vous pouvez donc lui remettre des livres-cassettes ou des livres audio sur lesquels il pourra travailler et s’exercer seul chez lui. En plus de l’aider dans le déchiffrage, cela va favoriser son autonomie et dès lors que la lecture soit une réussite, cela va avoir un impact positif sur sa confiance en soi.

Il pourrait également être judicieux que l’adulte, enseignant ou parent, enregistre lui-même le document à lire sous format mp3 et le remette à l’élève, avec le document pour qu’il puisse en prendre connaissance et s’exercer chez lui.

L’adaptation du document

Pour faciliter au maximum la lecture, pensez à réaliser une mise en page adaptée aux difficultés du dyslexique.

La présentation

Pour éviter une lecture discontinue, vous pouvez, par exemple, mettre des numéros sur les lignes et pendant la lecture, lui permettre de les barrer chaque fois que cette ligne est lue. Cela lui permettra d’avoir des repères et du coup, l’empêchera de relire une ligne ou au contraire, d’en sauter.

Exemple :

1- La cigale ayant chanté, tout l’été.

2-  Se trouva fort dépourvue,

3- Quand la bise fut venue.

Pour l’aider à reconnaître les mots et à ne pas zapper des lettres, alternez la couleur des syllabes. Vous pouvez choisir une couleur voyante pour celles qui doivent être lues et une couleur terne, voire peu voyante, pour les lettres muettes.

Exemple : Marie et Nicolas jouent dans la cour.

La mise en page

À noter qu’il sera plus pratique pour vous de travailler sur un document Word. C’est plus maniable et vous pouvez y enregistrer des styles que vous pourrez, par la suite, appliquer à tous les documents en un seul clic. Si vous êtes enseignant, vous n’aurez pas ainsi à refaire la même mise en page chaque fois que vous préparerez un document à lire pour l’enfant dyslexique. Il en va de même pour tout parent à qui l’enseignant a remis le document à préparer pour la lecture.

Pour faciliter la lecture, le document doit adopter la mise en page suivante :

  • Police : Arial
  • Taille : 16
  • Couleur : trois maximums
  • Interligne : double
  • Alignement : à gauche
  • Format : paysage

DYS document

Récapitulatif d’une bonne préparation avant lecture

Pour une préparation bien réussie avant la lecture, l’idéal serait de mettre à disposition de l’enfant souffrant de dyslexie un fichier au format mp3 du texte à lire, ainsi qu’une version transcrite au format Word de l’audio. Et ce, en sus des séances d’exercices et de révisions déjà prévues.

Dyslexie: comment aider un enfant dyslexique ?