Déceler les troubles du langage écrit : les signaux d’alerte !

dysorthographie traitementSont considérés comme troubles du langage écrit toutes difficultés liées à la capacité d’écrire, mais également de lire de l’enfant. Rarement isolés, ils sont généralement associés à d’autres comorbidités :

  • La dyslexie, trouble de la lecture ;
  • La dysorthographie, trouble de l’orthographe et de l’expression écrite ;
  • La dysgraphie, trouble de l’écriture.
  • La dyscalculie, trouble de l’organisation spatiale, de la logique et de la construction des nombres.

L’écriture est la base même de tout apprentissage. Ne pas pouvoir écrire représente un sérieux handicap pour l’enfant pour lequel l’écriture est le fondement de toute autre connaissance. En l’absence d’une bonne prise en charge ainsi, les troubles du langage écrit peuvent causer un grand échec scolaire, voire l’illettrisme.

Votre enfant semble avoir plus de mal avec l’écriture que la lecture ? Il s’agit peut-être d’un léger retard, mais pour en être sûr, nous vous proposons de découvrir les signes indiquant un éventuel trouble du langage écrit !

Les signes de troubles du langage en premier cycle

À noter qu’il est très peu probable de déceler des troubles de l’écriture en premier cycle dans la mesure où cette période correspond à la phase d’apprentissage de l’écriture de base. Il y est donc normal que l’enfant, âgé entre 2 à 5 ans, rencontre quelques difficultés à exécuter certaines formes nouvelles pour lui, d’autant plus qu’il doit également manquer d’assurance dans le maniement et le contrôle de l’outil d’écriture.

D’un autre côté, on ne peut décemment pas parler de dysorthographie dans cette période où on apprend à peine à écrire les syllabes. Si fautes d’orthographe il y a, elles sont considérées comme tout à fait normale.

Quoi qu’il en soit, avec plusieurs exercices et un peu d’implication de sa part, l’écriture deviendra moins difficile et la réalisation de certaines formes deviendra même automatique. Il arrive que certains enfants soient moins habiles que d’autres, mais cela est tout à fait normal et le retard occasionné, peu important, ne justifie donc pas des interventions spécifiques.

Les signes de troubles du langage écrit en deuxième cycle

En deuxième cycle, déceler un trouble d’écriture est beaucoup plus évident, quoique les signes restent trompeurs et une confirmation du diagnostic par un spécialiste est toujours indispensable.

Les troubles du langage écrit à la Maternelle

L’apprentissage du langage écrit commence en Grande Section. Pendant cette période, l’enfant va développer sa conscience phonologique, va apprendre à reconnaître des sons et va essayer de comprendre le principe de l’alphabet. À la fin de la Maternelle, il devrait être capable de reconnaître des lettres et des syllabes et de les copier sans forcément être capable de les écrire en dictée.

Puisqu’il est difficile, voire impossible d’évaluer les compétences de l’élève à l’écrit, l’évaluation va se cantonner à ses aptitudes phonologiques. Si l’enfant semble avoir des difficultés à reconnaître certains mots à l’oral, s’il ne s’en sort pas du tout avec les jeux de phonologie, il peut souffrir d’un trouble du langage écrit.

Dans la majorité des cas néanmoins, un trouble de langage écrit est toujours associé à un trouble du langage oral et vice-versa. Si l’enfant semble avoir des difficultés de la parole, il risque également d’avoir des problèmes pour écrire.

Les troubles du langage écrit en CP

trouble dysorthographiqueEn CP, l’enfant devrait comprendre à défaut d’assimiler le principe alphabétique. Il devrait reconnaître de visu les mots écrits et en comprendre le sens. À la fin de la classe préparatoire, il devrait donc être capable de reconnaître toutes les lettres de l’alphabet et d’écrire quelques syllabes.

Il devrait également être capable d’écrire son prénom en lettres cursives, c’est-à-dire sans relier les tracés, mais en les enchaînant de manière naturelle et automatique. Il devrait aussi savoir écrire certains mots simples phonétiquement.

On peut parler de troubles du langage écrit lorsqu’il y a un décalage important entre les capacités attendues chez l’enfant et ses réelles compétences à la fin de la CP, et ce, malgré les remédiations :

  • Il inverse toujours les lettres et les chiffres ;
  • Il oublie, ajoute ou confond certaines lettres ;
  • Il semble également avoir du mal en lecture ;
  • Il éprouve de grandes difficultés en copie : non seulement il est lent, mais il semble également incapable de mémoriser l’orthographe de mots pourtant habituels et est constamment obligé de retourner au modèle.

Les troubles du langage écrit en CE1

En CE1, l’enfant est en stade logographique. Il doit donc être capable d’écrire n’importe quel mot, de transcrire n’importe quel son, et doit pouvoir anticiper les tracés. Il doit également être capable de lire tout type de textes.

Lorsqu’un enfant souffre de trouble du langage écrit :

  • Il a tendance à inverser lettres, chiffres et syllabes ;
  • Il a tendance à ajouter ou à oublier certaines lettres ou syllabes ;
  • Il a beaucoup de difficultés en lecture : sa vitesse est très lente et ne progresse pas au cours de l’année, et les erreurs phonologiques sont nombreuses ;
  • Il a beaucoup de difficultés en copie : sa vitesse est handicapée par son incapacité à mémoriser l’orthographe des mots nouveaux, qui l’oblige à retourner constamment au modèle ;
  • Il a beaucoup de difficultés en transcription : la dictée est défavorisée par son incapacité à anticiper les tracés.

Les signes de troubles du langage écrit au-delà du troisième cycle

Au Collège, les difficultés de l’étudiant ne peuvent plus passer inaperçues. Il fera montre d’un grand retard par autre aux autres collégiens pour toute matière nécessitant l’assimilation du langage écrit : la lecture, l’écriture, l’orthographe et le calcul.

enfant dyslexiqueÀ partir du troisième cycle en conséquence, on peut soupçonner un trouble du langage écrit chez l’étudiant lorsque :

  • Il multiplie les erreurs phonologiques aussi bien en lecture qu’en écriture ;
  • Il confond toujours certaines lettres et syllabes, et ce, qu’il s’agisse de phonèmes sourds ou sonores ;
  • Il confond toujours les lettres visuellement, graphologiquement et phonologiquement proche ;
  • Il inverse toujours les lettres, en oublie certaines ou en rajoute ;
  • Il présence de sérieuses difficultés en lecture : lecture phonologique irrégulière, paralexie, saute de lignes, des mots ou des phrases, etc.
  • Il multiplie les fautes d’orthographe, il ne comprend ni n’assimile les règles grammaticales.

Dans les matières littéraires,

  • La prise de notes est difficile et la copie, très lente ;
  • La transcription des idées en expression écrite est quasi-impossible.

Dans les matières scientifiques,

  • Il rencontre des difficultés en géométrie, en opération et en raisonnement ;
  • Il rencontre des difficultés dans la mémorisation des tables de multiplication ;
  • Il rencontre des difficultés dans l’acquisition des nombres.

Dysorthographie: Comment aider un enfant dysorthographique ?